Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 septembre 2018

Cambo roujo prépare les actions à venir

Mardi 4 septembre, le conseil d’administration s’est réuni au siège de l’Association « Cambo roujo » pour faire le point des avancées des actions et préparer les prochaines manifestations, notamment le week-end de fête Cont’olives qui aura lieu du 21 au 23 septembre dans le parc de la mairie.

Après l’examen des recherches historiques sur le moulin à vent, passé des mains du châpitre de Nîmes aux mains de Pierre de Valfons en 1547, puis notamment aux de Folhaquier, aux d’Ardouin avant que Jean-Louis Mathieu ne l’achète, bien avant d’être marquis Mathei de Valfons (sans aucun lien avec les anciens nobles de Valfons), puis à la famille Fabre et enfin récemment à la municipalité.

Le trésorier, Sébastien Guironet, fait part des questions relatives aux déclarations en préfecture, de l’ouverture du compte et des démarches pour l’assurance.

L’association, dont le but principal est à la fois de suivre la rénovation du moulin, son utilisation ensuite et l’aménagement paysagé autour mais aussi la vie et l’histoire du village et de son patrimoine, participera activement aux journées cont’olives.

Elle tiendra la buvette en alternance avec l’amicale des employés municipaux, participera à certaines conférences, etc.

cambo roujo 80.jpg

14 mars 2018

AG de « lous cambo roujo », le bureau est élu

Lundi 12 mars, près de 30 personnes ont répondu à l’invitation pour l’assemblée générale de l’association pour le moulin à vent et le patrimoine du village.

Sébastien Guironnet et Christophe Ventura, élus en charge du projet de rénovation du moulin, en ont expliqué les étapes et les avancées, et ont rappelé les objectifs de l’association qui se veulent plus larges que la seule animation du moulin.

Après un tour de présentation des participants, le débat a porté sur les statuts et sur le nom que devait prendre cette association et «(lous) cambo roujo» a été retenu dans la mesure où il élargissait le champ de l’association, d’autres noms se référant trop au moulin. Il s’agit d’un clin d’œil historique puisque c’était le sobriquet dont étaient affublés les Calmettois dans le temps (du fait des herbes rouges poussant dans les plaines du Gardon, les persicaires).

Les noms des 11 candidats au conseil d’administration ont été dévoilés ensuite et soumis aux votes des participants, puis le bureau a été élu à l’unanimité : président Gérard Blain, vice-président Jean-Christophe Galant, secrétaire Marie-Laure Barbe at adjoint Jack Montbrun, trésorier Sébastien Guironnet et adjoint Yves Martin.

IMG_7088.jpg

06 mars 2018

Une nouvelle association pour faire vivre le moulin et l’histoire du village

L’avancée du dossier sur la rénovation du moulin à vent et l’aménagement paysagé tout autour a poussé les responsables du projet à proposer de créer une association pour faire vivre ensuite ce moulin. Mardi 6 mars, une dizaine de passionnés se sont rencontrés, à l’initiative de la mairie, en réunion préparatoire de l’Assemblée Générale constitutive qui est convoquée lundi 12 mars à 18h 30 en salle du conseil.

En effet, l’idée de départ d’une association autour du moulin à vent s’est élargie à une association tournée vers la vie du village, son patrimoine, son histoire mais aussi son avenir. Cette première réunion avait en outre pour objectif de décider du nom à donner à cette association et de préparer l’assemblée générale.

Le contour de ses ambitions sera abordé au cours des réunions futures, mais dès aujourd’hui on voit bien le projet de faire vivre ce moulin concrètement, avec les écoles notamment, et tous ceux qui s’intéressent à leur village et son histoire, mais aussi vers tout ce qui peut être fait autour du patrimoine passé et actuel.

Les noms des candidats au bureau de l’association ont été examinés et seront soumis ensuite à l’AG constitutive. Toutes les personnes volontaires sont invitées à se faire connaître auprès de la mairie et à venir à l’AG du 12 mars.


« lous cambo roujo » est le nom de l’association retenu après un débat passionnant autour des différents noms possibles, clin d’œil historien, puisque il s’agit d’un sobriquet ( les jambes rouges) dont étaient affublés les habitants de La Calmette, en référence à une herbe à tige rouge, la persicaire, très abondante dans la plaine du Gardon et de la Braune. Cf. l’ouvrage d’André Bernardy « Les sobriquets collectifs » édité aux Ateliers Henri Peladan en 1962 à Uzès.

IMG_9472.JPG