Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 février 2008

La "Royale"

A l'occasion du festival du film taurin qui a lieu ce week-end dans notre village voisin St genies, et en hommage à L. Chaleil, je vous livre ce récit qu'il a écrit dans son livre "la mémoire du village".

"(…) Mardi après-midi, grande course royale. La veille et l’avant-veille, on avait fabriqué l’arène avec des charrettes qu’on disposait en rond de part et d’autre du toril. Avec les ridelles et des planches, on fermait les trous par où le taureau aurait pu s’enfuir. Et sur les charrettes, on installait des bancs où les gens s’asseyaient pour suivre la course. Tout le village s’y mettait, il fallait voir ça, à vingt ou trente, vieux et jeunes travaillaient pour que ça soit prêt à temps. Mais ce bel enthousiasme mourait avec la fête, et chaque propriétaire devait venir récupérer sa charrette, surtout si le travail pressait."

Les razeteurs venaient de Nîmes, d'Arles, de Beaucaire, de tous ces pays où la bouvine est reine. Le soir, c'était la traditionnelle course de vachettes "emboulées" réservée à la jeunesse, et les gens venaient assister aux "razets" des jeunes gens, en payant l'entrée. Les cornes des vachettes étant protégées par des emboules, c'était moins risqué que pour les razeteurs de la course "royale", qui travaillaient à cornes nues. Mais enfin, un coup de frontal ou un bon "bachouchage"quand l'animal vous piétine ou vous traîne sur quelques mètres, ça fait mal.

Les parents venaient admirer les prouesses de leurs rejetons; et les jeunes s'élançaient sur la piste, ils voulaient pas montrerqu'ils étaient des mauviettes. Maisça détalait partout comme des lapins.

(...)"