Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 octobre 2007

Sarkozy sait bien s'entourer

Impossible de résister ! Je viens de lire ce texte sur le blog de "Mounir et plus"...un peu indigeste comme blog car beaucoup d'écrit, mais là, chapeau :   Il cite un texte d

“Pierre-Henri” où il présente un extrait des programmes de français de classe de seconde (documentation d’accompagnement, p.71). Ce texte est un chef-d’œuvre, un monument qui devrait être reproduit en lettres d’or au dessus du bureau de la personnalité chargée de remettre “l’Instruction Publique” sur ses pieds.
Voici ce texte meeeeerveilleux :

« Le texte est la trace d’un acte d’énonciation : le discours. Dans l’acception qu’en retiennent les programmes, le mot « discours » désigne l’activité des personnes qui parlent, écrivent ou lisent, c’est-à-dire toute “mise en pratique du langage” (cette acception du mot “discours” est beaucoup plus large que la définition restreinte qu’il reçoit dans l’opposition “discours/récit” issue de Benveniste, qui désigne en réalité le rapport que les temps verbaux impliquent
avec l’énonciation (temps du discours/ récit). Afin d’éviter toute confusion avec cette
catégorie entrée en usage dans les collèges et, et de redonner au mot discours son acception pleine et originelle, les documents d’accompagnement du collège proposent de remplacer discours/récit par : “énoncé ancré dans l’énonciation/énoncé coupé de l’énonciation”. Cette mise en pratique du langage est définie à l’aide de trois critères : celui de l’énonciation, celui de l’interaction et celui de l’usage, qui renvoient respectivement aux
dimensions personnelle, interpersonnelle et impersonnelle de tout discours. Cette définition fonde dans ses grandes lignes le programme de français au collège où on entend le discours comme une activité de langage individuelle réalisée en situation (énonciation), déterminée par des codes (usage) et comportant une visée (interaction). »

On comprend qu’avec de tels documents d’accompagnement, nos enseignants assurent le meilleur des compagnonnages vis à vis de nos chers têtes blondes ou brunes…"

J'aurais du le mettre en cat "humour" : Devinez donc qui est cet humoriste qui au gouvernement s'appelle Pierre-Henry ou Pierre-Henri