Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 juin 2011

Les rues de La Calmette N° 16

 

Impasse Massillan

Le hameau englouti de Massillan.

Dévasté en 1403 par une violente crue du Gardon, le hameau de Massillan, partie intégrante du village de La Calmette avec celui de l’Estouzen ou Estauzen, se situait entre le mas de l’Habitarelle et le mas Blanc.

On peut sans grand risque d’erreur penser qu’en septembre 1403 la rupture du pont de Lézan a entrainé la rupture du pont de Boucoiran (plus proche alors de Ners que de Boucoiran), libérant d’un seul coup une énorme vague qui allait tout emporter sur son passage. A noter que le pont médiéval construit en 1174 et détruit en 1403 (moins de deux cent ans) de Ners  n’a été reconstruit que cinq siècles plus tard…(sauf qqes années en 1826 un pont en bois de sapin emporté par la crue de 1934), en 1840 avec les débuts du chemin de fer. Jusque-là on passait en barque ou à guai.

Plusieurs auteurs nous parlent de ce hameau : M.A.Bernardy (« en remontant la Gardonenque »), P. Merle, médecin à St Drezery (« notice historique sur le village de La Calmette »), Jules Bonnet (« souvenirs de l’Eglise réformée de La Calmette ») et M.Y.Chassin du Guerny (« inventaire du chartrier de Castelnau »).

En 1371 avait eu lieu un bornage entre les juridictions de ST-Chaptes, La Calmette et Massillan, Saint-Geniès de Malgoirès et Sauzet. La crue dévastatrice allait remettre tout en question, après avoir rendu inexploitables les terres recouvertes de graviers stériles. Le déplacement du lit du Gardon faisait passer sur la rive gauche des terres auparavant à droite. Les querelles, contestations et procès qui s’en suivirent entre les villages durèrent très longtemps. Le compoix de La Calmette ne fut établi qu’en 1537. « Per lou counsouls de La Calmette, item : uno terro en Massillan entre dous Gardons…counten cen ses teirades ». Le fait que le compoix situe ces terres entre deux Gardons laisse à penser aux changements du lit du Gardon qui devait former une île.

En 1655 un procès entre la Dame de Fabrique et le sieur Folquier (ayant droit du sieur de Valfons), en 1675 les habitants de Saint-Chaptes remettent en cause les bornages, en 1680 Etienne Mathieu avocat à Nîmes, achète la métairie du Mas Blanc au sieur Dumas qui possédait aussi l’Habitarelle de Massillan.

Au XVIIIe siècle, le nom de Massillan apparait. Par lettres patentes de septembre 1764, Louis Mathieu de Valfons obtient le titre de Marquis de La Calmette et Massillan et peu de temps avant la Révolution, Louis-Castor de Mathieu, abbé de Massillan et abbé de La Calmette, est grand vicaire de Cambrai…

  Un petit pont médiéval

Un petit pont médiéval en ruine, sur un chemin qui conduisait de Saint-Chaptes à Massillan vers Saint-Geniès, dont il ne reste que quelques blocs de ciment et pierres dans les lônes (bras mort du Gardon) au milieu des vigères (du languedocien vigé qui désigne l’osier planté pour s’opposer à l’érosion fluviatile), atteste de la vitalité de ce hameau.

« En aucun point on ne décèle une forme qui puisse évoquer l’amorce d’une arche ». Il est donc probable que ce petit ouvrage était composé de pièces de bois plus faciles à remplacer après les inondations.

 Informations recueillies dans les ouvrages cités en réference dans l'article, mais surtout dans les mémoires de l'académie de Nîmes : "PONTS ET BACS EN GARDONENQUE ET LE HAMEAU ENGLOUTI DE MASSILLAN" du Docteur E. Drouot.

 

massillan,impasse de massillan,le hameau englouti de massillan,e. drouot,la calmette

 

massillan,impasse de massillan,le hameau englouti de massillan,e. drouot,la calmette

L'actuelle Habitarelle de Massillan, seul vestige de l'ancien hameau (photo Google)

massillan,impasse de massillan,le hameau englouti de massillan,e. drouot,la calmette