Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09 juin 2008

La transhumance

Merci à Akela  http://aufonddubois.midiblogs.com/ de nous rappeler que passera à l'ESPEROU ce prochain week end la grande transhumance.

ec56343dc035b4dab7a4da1a5c55d950.jpgJ'en profite pour vous parler un peu de cette extraordinaire histoire de la transhumance qui a participé à sculpter notre beau paysage tout en forgeant le caractère de nos ancêtres.

Ca remonte si loin dans notre histoire d'hommes...

b878942cabd7b1d06694d5adee93a9bd.jpg

"Le cri du départ retentit, les aboiements se font entendre, pressés, et le troupeau entreprend doucement la montée de la draille (dralhe)". (…) (Adrienne Durand-Tullou « l’ultime transhumance »)

 

 

Les déplacements saisonniers des troupeaux ont contribué à maintenir la richesse des sols (selon le dicton ancestral : « qui a des brebis a du bled », le migau des moutons étant avec le crottin d’âne, le plus riche de tous les fumiers fertilisants. Ces immenses migrations s’accomplissaient autrefois selon des itinéraires immuables et les dralhes ont constitué la première ébauche du réseau de communication entre le bas et le haut pays.

79ee578ce8efc3b7e4016bf9087f5a79.jpg… Deux haltes étapes marquaient la journée des transhumants. Partis aux premières lueurs du jour, ils marchaient environ 5 heures et s’accordaient une pause pendant à peu près le même temps pour éviter la grande chaleur(…) les emplacements prévus pour ces haltes du midi et du soir se sont perpétués sous le nom de « pauses », « parades » ou « aires ».

(…) les nuits de fumature « nueches de fumada, sources de la redevance en fumier que recevait le propriétaire du champ où les bêtes étaient parquées…

fff3dcb418895559483c216e61d4dc20.jpg

Il semble qu’il y ait eu depuis des millénaires deux voies différentes entre la Serreyrède et Meyrueis (par les éleveurs de La Crau à l’époque gallo romaine) : le draille du Calcadis et la draille du parc aux loups qui suivait la vallée du Bonheur , après être passées par l’ESPEROU.

Une autre draille passant par l’ESPEROU montait vers le nord pour rejoindre Cabrillac vers Ste Enimie.

Je terminerai cette petite note avec cet extrait d'un poème d'une Cévenole, pour Akela au joli nom de loup

« Les mamées au coin de la cheminée

Faisaient revivre le passé

Autour d’une brasucade

Nous parlant (…)

De quand elles allaient à l’école

Par les drailles cévenoles

Et que les loups suivaient,

Le soir quand elles rentraient

Vers leurs fermes isolées.

Cela nous faisait trembler,

La tête sous l’oreiller.

(…) »    (Olga Bordurier – « archives privées »)