Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 août 2007

Voou miès estre couyoun que mairo...

"Voou miès estre couyoun que mairo

couyoun va sias joujou,

maire pouedoun vou levar"

Quand on lit "les proverbes et dictons provencaux", on découvre tout un univers savoureux à travers la "sagesse" paysanne et populaire qu'illustrent ces proverbes. On est donc un peu éloigné de la langue occitane dont je vous parle souvent mais que j'aime bien. Si j'ai été bercé enfant par le patois de mes grands-parents, j'ai été éduqué, si j'ose dire à travers le provencal ( j'ai même joué une pastorale tout en provencal à Aix).

je me permets donc cette petite transgression pour illustrer la période électorale où nous entrons et parler du "maire". S'il est un "péché sans miséricorde" dans l'univers "des stratégies paysannes défensives", c'est bien celui d'être un couillon, un "couyoun".

Et si derrière l'image dérisoire du couyoun ne s'esquisse pas celle du ravi de la crèche, avec toute l'indulgence un peu condescendante qu'il mérite, le couyoun ne serait-il pas le plus fin de tous, faisant l'âne pour avoir du foin ?

Ce maire, dont la seule différence avec le "couyoun", c'est qu'on peut le remplacer, tandis que couyoun, on le reste toute sa vie ! ("Il vaut mieux être couillon que maire   couillon, on l'est toujours     maire, on peut vous révoquer")