Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 juillet 2017

Y A Qu'k chose qui cloche avec nos cloches

Comme vous l'aurez probablement constaté, nos cloches ne sonnent plus les heures normalement depuis plusieurs jours... pourtant la foudre n'a pas pu leur tomber encore dessus comme en 2014, puisqu'il n'y a pas eu d'orages !

Alors où est le mystère ?

Est-ce le nouveau système installé en 2014 qui s'est détraqué ?

cloche 2014.JPG

A moins que ce ne soit le sonneur de cloche qui s'est endormi ? Et dire que dans le temps, avoir le droit de sonner les cloches étaient un honneur important :

le droit de sonner seul les cloches

C'est  drôle comme honneur aujourd'hui... mais écoutez plutôt:

"Le 14 mai 1489, le prieur Teissier reconnaît, par acte passé chez le notaire Sauven André, les droits de suzeraineté des évèques d'Uzès sur La Calmette. En juin 1509, il obtient du Sénéchal de Beaucaire contre les Consuls (de Nîmes), le droit de sonner seul les cloches" *

Les temps évoluent, aujourd'hui qui voudrait de ce droit ? A moins que la signification réelle en terme de pouvoir (prieuré contre évéché...) et en terme de revenus... explique cela. Mais qu'importe donc, l'expression demeure savoureuse.

*extrait de la monographie de l'abbé Lamoureux (joli nom pour un abbé) : un coin de la Gardonnenque : LA CALMETTE. Ed. 1908.

petite explication tout de même : cette charge anoblissait en fait, car les assemblées municipales étaient convoquées au son de la cloche.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Aujourd'hui, les assemblées municipales (dites conseil municipal, ne sont plus convoquées par "cloche" !

 

En attendant, à La Calmette en ce beau mois de juillet, si on sait encore où on habite, on a perdu l'heure...

19 avril 2014

Partie à Rome, notre cloche ?

 

Quelques infos sur NOTRE cloche (rediffusion)

"Au mois de novembre 1882 a lieu le baptême d'une seconde cloche. Le fondeur est M. Baudouin, de Marseille. Le parrain, M. Gondret Antoine et la marraine Sophie Pouget, se montrent généreux."

 

597c300aebd68af4412e9cc55976c288.jpg

 

"L'orateur de la fête, M. le chanoine Edmond Chapot, missionnaire apostolique, ravit les coeurs par son éloquente parole. Le soir même, la cloche est montée par les soins dévoués de MM. Eloi Montbrun et Auguste César ( mes deux ancêtres directs), maçons de La Calmette.

 

Bientôt elle annonce, au loin, par ses notes argentines qu'à La Calmette le bon Dieu est aimé"

 

Comme j'aime entendre ces cloches sonner ! qu'elles me donnent l'heure ou m'appellent à l'office, qu'elles m'indiquent un enterrement ou me signalent un mariage, elles me rassurent toujours et me rappellent mon enfance bénie dans ce village où j'ai grandi.

 

Maintenant, que je sais mes deux arrière grands parents, unis dans leurs efforts pour la hisser en haut du clocher, mon émotion n'en est que plus grande. A ce moment-là, ils ne savaient pas que leurs enfants allaient s'unir... merci à vous mes aïeux de m'avoir ainsi montré un peu la voie.

10 avril 2009

Fausse alerte !

Quelle n’a pas été ma surprise en entendant sonner les cloches ce matin !

Certes ce devait être  "l’heure" qui sonnait, mais enfin, de mémoire de Calmettois, les cloches ont toujours cessé de sonner du vendredi saint au dimanche de Pâques. Alors, je ne peux m’empêcher de me demander si comme beaucoup de catholiques, elles ne boudent Benoit et ont refusé de se rendre à Rome cette année…

Le problème c’est que les cloches ne sonnent plus du Vendredi Saint au Dimanche de Pâques parce qu’elles se rendent à Rome où elles se chargent d'œufs qu'elles répandent à leur retour dans les jardins.

Les enfants se font une joie de les chercher et d'en remplir des paniers d'osier.Image Pâques paques œuf lapin cloche

Que vont-ils devenir ces enfants si nos cloches, restées au clocher du village, ne ramènent pas les œufs ?

Dernière minute : guettant avec effroi l'heure suivante, j'ai entendu le silence des cloches... ainsi, elles étaient bien parties ! OUF !

 

12:23 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : pâques, cloches |  Facebook |

23 janvier 2008

La cloche de notre église

"Au mois de novembre 1882 a lieu le baptême d'une seconde cloche. Le fondeur est M. Baudouin, de Marseille. Le parrain, M. Gondret Antoine et la marraine Sophie Pouget, se montrent généreux.

597c300aebd68af4412e9cc55976c288.jpg

L'orateur de la fête, M. le chanoine Edmond Chapot, missionnaire apostolique, ravit les coeurs par son éloquente parole. Le soir même, la cloche est montée par les soins dévoués de MM. Eloi Montbrun et Auguste César ( mes deux ancêtres directs), maçons de La Calmette.

Bientôt elle annonce, au loin, par ses notes argentines qu'à La Calmette le bon Dieu est aimé"

Comme j'aime entendre ces cloches sonner ! qu'elles me donnent l'heure ou m'appellent à l'office, qu'elles m'indiquent un enterrement ou me signalent un mariage, elles me rassurent toujours et me rappellent mon enfance bénie dans ce village où j'ai grandi.

Maintenant, que je sais mes deux arrière grands parents, unis dans leurs efforts pour la hisser en haut du clocher, mon émotion n'en est que plus grande. A ce moment-là, ils ne savaient pas que leurs enfants allaient s'unir... merci à vous mes aïeux de m'avoir ainsi montré un peu la voie.

29 décembre 2007

le droit de sonner seul les cloches

petite explication tout de même : cette charge anoblissait en fait, car les assemblées municipales étaient convoquées au son de la cloche.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Aujourd'hui, les assemblées municipales (dites conseil municipal, ne sont plus convoquées par "cloche" !

quoique...

le droit de sonner seul les cloches !

C'est  drôle comme honneur aujourd'hui... mais écoutez plutôt:

"Le 14 mai 1489, le prieur Teissier reconnaît, par acte passé chez le notaire Sauven André, les droits de suzeraineté des évèques d'Uzès sur La Calmette. En juin 1509, il obtient du Sénéchal de Beaucaire contre les Consuls (de Nîmes), le droit de sonner seul les cloches" *

Les temps évoluent, aujourd'hui qui voudrait de ce droit ? A moins que la signification réelle en terme de pouvoir (prieuré contre évéché...) et en terme de revenus... explique cela. Mais qu'importe donc, l'expression demeure savoureuse.

*extrait de la monographie de l'abbé Lamoureux (joli nom pour un abbé) : un coin de la Gardonnenque : LA CALMETTE. Ed. 1908.