Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 juin 2010

Les Tartarins de La Calmette

Je vous ai déjà raconté cette histoire des lionceaux tués par nos vaillants chasseurs :

Ma mémoire est un peu défaillante et j'aimerais beaucoup qu'un ancien vienne me raconter cette histoire avec plus de précisions. Je vous la livre telle que je "me la rappelle": 

Savez-vous d'où vient l'expression "les tartarins de la Calmette", ou pourquoi a-t-on affublé nos chers compatriotes de ce surnom ?

Il y a assez longtemps, je n'étais pas né en tout cas mais mes parents devaient l'être même s'ils étaient encore enfants... on va dire dans les années entre les deux guerres.

Un cirque s'était installé sur la place de l'église, alors encore ombragée, et présentait une belle ménagerie. Il y avait des animaux de toute sorte et même des lions. C'était un événement en ces temps-là où la télé ne nous avait pas habitué à être gavés de tout.

medium_la_calmette_ancienne_peinte.jpg

 

Un matin, sur le coup de 10 heures je crois, le tocsin s'est mis à sonner à toutes volées. Habitués aux grandes catastrophes aprés la guerre et les inondations, les paysans laissent leur travail aussitôt et regagnent en grande hâte le village.

-Qu'arrive-t-il, demandent les premiers sur les lieux ?

-les lions ! les lions se sont échappés ! les enfants ont réussi à ouvrir la porte de leur cage !

Et voilà tous nos grands pères et pères courant chercher leurs fusilsde chasse, on organise une battue dans les rues du village devenu désert. Des coups de feu éclatent ! Les pauvres lions sont tous abattus les uns aprés les autres.

La directrice du cirque avait eu beau supplier les hommes de ne pas les tuer, que ce n'était que des lionceaux pas plus gros que de gros chiens, rien n'y fit ! les hommes s'étaient armés de courage et combattaient pour sauver le village de ce terrible fléau ! Tous, un aprés l'autre, furent abattus. La patrone du cirque était désespérée, des bêtes comme ça valaient une fortune ! Elle jura alors à grands cris qu'elle se vengerait un jour du village.

L'histoire ne dit pas si ce fut fait... mais la légende entra dans notre histoire : La Calmette avait ses fiers "tartarins".

C'est une histoire vraie. Et fallait voir le grand père quand il la racontait le soir aux petits enfants !"

Et voilà qu'on me fait passer cette coupure de journal qui en parlait et donne plus de précisions, je vous les offre :

Lire la suite

10 juillet 2007

Les "tartarins" de La Calmette

Ma mémoire est un peu défaillante et j'aimerais beaucoup qu'un ancien vienne me raconter cette histoire avec plus de précisions. Je vous la livre telle que je "me la rapelle": 

Savez-vous d'où vient l'expression "les tartarins de la Calmette", ou pourquoi on a affublé nos chers compatriotes de ce surnom ?

Il y a assez longtemps, je n'étais pas né en tout cas mais mes parents devaient l'être même s'ils étaient encore enfants... on va dire dans les années entre les deux guerres.

Un cirque s'était installé sur la place de l'église, alors encore ombragée, et présentait une belle ménagerie. Il y avait des animaux de toute sorte et même des lions. C'était un événement en ces temps-là où la télé ne nous avait pas habitué à être gavés de tout.

medium_la_calmette_ancienne_peinte.jpg

 

Un matin, sur le coup de 10 heures je crois, le tocsin s'est mis à sonner à toutes volées. Habitués aux grandes catastrophes aprés la guerre et les inondations, les paysans laissent leur travail aussitôt et regagnent en grande hâte le village.

-Qu'arrive-t-il, demandent les premiers sur les lieux ?

-les lions ! les lions se sont échappés ! les enfants ont réussi à ouvrir la porte de leur cage !

Et voilà tous nos grands pères et pères courant chercher leurs fusilsde chasse, on organise une battue dans les rues du village devenu désert. Des coups de feu éclatent ! Les pauvres lions sont tous abattus les uns aprés les autres.

La directrice du cirque avait eu beau supplier les hommes de ne pas les tuer, que ce n'était que des lionceaux pas plus gros que de gros chiens, rien n'y fit ! les hommes s'étaient armés de courage et combattaient pour sauver le village de ce terrible fléau ! Tous, un aprés l'autre, furent abattus. La patrone du cirque était désespérée, des bêtes comme ça valaient une fortune ! Elle jura alors à grands cris qu'elle se vengerait un jour du village.

L'histoire ne dit pas si ce fut fait... mais la légende entra dans notre histoire : La Calmette avait ses fiers "tartarins".

C'est une histoire vraie. Et fallait voir le grand père quand il la racontait le soir aux petits enfants !