Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 septembre 2015

Caroline et Olivier, vendanges manuelles pour un vin des coteaux calmettois

Olivier Galant a toujours voulu être vigneron. Alors que ses parents souhaitaient le voir s’orienter vers des études et faire autre chose, Olivier achète sa première vigne après avoir entendu à la cave coopérative où il accompagne son père lors de vendanges qu’un paysan cherchait à vendre: il se sépare de sa voiture pour avoir l’argent, il a 18 ans.

Après avoir passé le bac D, il repasse le bac C l’année d’après pensant s’orienter vers une école d’ingénieur, mais son rêve reste la vigne et il abandonne ses études pour le réaliser. Une opportunité lui permet d’acheter à Cruvier-Lascours et l’aventure commence en 98.

Marié, il a trois garçons avec Caroline : Valentin, Antoine et Arthur.

En parallèle à son travail d’infirmière libérale, Caroline aide Olivier à la ferme et s’occupe des enfants. Comme beaucoup d’épouses de viticulteurs, elle assure ses « trois métiers » avec passion. On la retrouve aussi dans les foires ou sur les marchés comme celui du dimanche matin à La Calmette.

A la tête d’un vignoble d’une quarantaine d’hectares, situé sur huit communes de l’Uzège, Olivier qui fait alors parti des « jeunes agriculteurs du Gard » va sélectionner les meilleurs terroirs afin de produire des vins de qualité. « Le domaine est mené en agriculture raisonnée : travail du sol, taille courte et vendanges manuelles, nous dit-il, tout au moins pour une partie de la production comme à La Calmette. Devenir vigneron indépendant restait mon rêve et en 2013, on décide de se lancer».

Passionnés par leur terroir et leurs origines, Caroline et Olivier renouent avec la tradition familiale, en créant leur cave, le clos Galant, à Aubussargues et en vinifiant leur premier millésime 2014.

« Pour nos blancs et nos rosés, nous effectuons un pressurage direct dans un pressoir pneumatique. Ensuite, la fermentation se fait dans des cuves inox avec maîtrise des températures. Pour nos rouges, nous effectuons un égrappage (séparation de la rafle et des baies), puis fermentation dans nos cuves inox de 20 à 30 jours avant  d’être élevé en cuve pendant six mois ». Olivier cultive quatre cépages, le grenache blanc et le noir, le viognier, et le merlot, planté en 1998 à « Cantocouquiou » (champ de cailloux en provençal). C’est notamment ce merlot des coteaux calmettois qui donnera à Caroline et Olivier leur première médaille d’argent au concours des vins de Nîmes en 2015.

Vous pouvez acheter leur vin au domaine mais également dans plusieurs points de vente indiqués sur leur site www.clos-galant.com (dont la boulangerie de La Calmette).

 

Contact : 06 81 12 16 50, 04 66 72 13 72 contact@clos-galant.com

Caroline et Olivier Galant, la calmette

Caroline et Olivier, sur leur domaine du Clos-Galant

Caroline et Olivier Galant, la calmetteCaroline et Olivier Galant, la calmetteCaroline et Olivier Galant, la calmetteCaroline et Olivier Galant, la calmette

Caroline et Olivier Galant, la calmette

Caroline et les vendangeurs dans les vignes des coteaux calmettois de Cantocouquiou, vendredi 25 septembre 2015