Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 mars 2009

vai te'n cagar a la vinha... suite et fin

Nous avions pris gout à la modernité…

Déjà 4 enfants à nourrir et un travail dur, très dur mais surtout trop mal payé. Je me souviens de ma mère fouillant dans tous les tiroirs pour trouver de quoi nous acheter des oranges pour Noël. Un jour mon oncle dit à mon père : pourquoi ne viendrais-tu pas à Fos sur mer travailler ? De Bouillane, une entreprise qui travaille en sous-traitance pour Lafarge, cherche des maçons confirmés… et nous voilà partis pour une destination inconnue. La vie changée, enfin de quoi vivre presque décemment et une vraie villa d’où on pouvait voir la mer et la Camargue.

Incroyable modernité, nous avions un poêle à mazout dans l’entrée… et des WC, des vrais,  dans la courette attenant à la maison. Certes, on devait les partager avec les autres locataires car la maison avait deux appartements, mais quel luxe à côté des chiottes du fond de la cour que l’on avait à La Calmette ! Pas de fosse à purin dessous ! Et une vraie chasse d’eau.

Lorsqu’à la mort de ma grand-mère mon père et ma mère décident de revenir au village pour ne pas laisser mon grand-père seul, nous nous sommes retrouvés dans la maison familiale. Le cagadou est toujours dans la petite cour. Comme dans la plupart des maisons, il sert encore de fumier pour les champs. Deux planches clouées et une fosse remplie de paille...ma chambre juste au dessus, ce qui me fera dire : « avant ma chambre donnait sur la mer, maintenant elle donne sur la mer… ».

Un des premiers travaux que va donc réaliser mon père au retour sera d’utiliser les deux grandes fosses à vin devenues medium_chiotte6.jpginutiles depuis la cave coopérative pour bâtir un WC en dur au dessus. On avait pris des habitudes de luxe à Fos...Une vraie révolution ! Comme dans toutes les maisons « modernes » le camion vidangeur passera régulièrement… embaumant l’air alentour ! Plus tard viendra la fosse septique. Je me souviens du bruit caractéristique de l’étron tombant dans la grande fosse en partie remplie d’eau. Ca résonnait bruyament ! Je souris tout seul à ce souvenir… on croirait parler d’une époque si lointaine ! et pourtant, on était parmi les gens privilégiés, car il y avait peu de maison encore bénéficiant de ce luxe. On était dans les années 65/70 !

Merdre de merdre ! ces histoires de chiottes m’ont remplis de contentement !

 

 

 

23 mars 2009

vai te'n cagar per la vinha... suite 1

"Voici donc que les gens de la bonne société se mettent à chier dans la maison!" cela devient même un élément de standing comme nous l'indique René Domergue ("Des platanes, on les entendaient cascailler" éditions édisud). Et oui, les WC avec l'eau courante deviennent une véritable nécéssité dans les maisons où on invite des amis.

Le plus drôle, c'est que bientôt le WC à la turc disparait et qu'on va s'assoir carrément sur une sorte de chaise percée (comme les rois et les princes d'antan), une "cuvette" où il n'est plus nécéssaire de "s'acoucouner".  Les années 70, mes enfants, c'est à dire hier !

et à y être, pourquoi pas aussi s'installer pour lire ou faire des mots croisés ou Sudoku ? non, quand même pas !

Le plus étonnant, c'est que chiant maintenant au milieu des autres, le pêt, le rot, le bruit quoi, deviennent "inconvenants" alors qu'avant ils étaient largement tolérés.

Ah ! chier le matin dans les vignes en regardant se lever le soleil sur les collines de La Calmette!
on ne connaîtra plus ce bonheur ! Et je ne vous parle pas des journaux qui servaient à s'essuyer aprés un peu de lecture(comme nous le rapelle Ulysse), c'était pas ce ridicule papier d'aujourd'hui où le doigt traverse si on s'attarde trop ! hélas ce papier-là finissait par boucher les conduits, et nous sommes devenus si délicats.

à suivre...

Merci à Gus pour sa précision savoureuse, si, si ! : vaï t'en caguar per la vinha é pissar per lou plantou"(la jeune vigne)" je ne connaissais pas cette expression. Merci à tous vos commentaires. Norbert, qu'est-ce que la claou ? la clé ?

29 septembre 2007

"Vai t'en cagua a la viha"suite

medium_P9094144.JPG

Dans les années 30 arrive le cagadou

en général, au fond de la cour pour les odeurs et les mouches. Un vrai progrés assurément.

Le cagaïre montait sur deux pieux ou planches et "chiait" dans une petite fosse, souvent agrémentée de paille. Même dans les cafés les cagadou étaient au fond de la cour.

Dans les années 57/60, l'installation de l'eau courante et la fosse septique vont révolutionner nos pratiques, puis le "tout à l'égout" (1970 environ) achève la disparition des cagadou et on voit se construire les chiottes à l'intérieur même des maisons !!! au début encore, c'était dans les garages ou les remises... mais bientôt dans la maison, parfois près des chambres ! Vous croyez ça Dieu possible !!!

"Chier à même les maisons ? quels sales gens !"   ....à suivre