Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 avril 2008

Aimé Césaire

Aimé Césaire, ce grand poète n'est plus. Je n'ai pas envie de m'associer à tous ces hommages hypocrites.

J'ai envie de lui dire au revoir avec le plus profond respect.

1e41d0524c49a275828a176e6079f54c.jpg

"Et l'on nous marquait au fer rouge et nous dormions dans nos excréments et on nous vendait sur les places et l’aune de draps anglais et la viande salée d’Irlande coûtaient moins chers que nous"

"Que de sang dans ma mémoire !

Dans ma mémoire sont des lagunes.

Elles sont couvertes de têtes de mort.

Ma mémoire est entourée de sang.

Ma mémoire a sa ceinture de cadavres"

"Il n'y a pas dans le monde un pauvre, un pauvre type lynché, un pauvre homme torturé en qui je ne sois assassiné et humilié".

" l'œuvre de l'homme vient seulement de commencer et qu'il est place pour tous au rendez-vous de la conquête".

"Je ne me veux ni Messie, ni Mhadi, je n'ai pour arme que ma parole, je parle et j'éveille, je ne suis pas un redresseur de torts, pas un faiseur de miracles, je suis un redresseur de vie, je parle et je rends l'Afrique à elle même, je parle et je rends l'Afrique au monde. Je parle et, attaquant à leur base oppression et servitude, je rends possible pour la première fois possible, la fraternité".

« J'ai plié la langue française à mon vouloir-dire »

tam tam de nuit :

"train d'okapis facile aux pleurs la rivière aux doigts charnus fouille dans le cheveu des pierres mille lunes miroirs tournants mille morsures de diamants mille langues sans oraison fièvre entrelacs d'archet caché à la remorque des mains de pierre chatouillant l'ombre des songes plongés aux simulacres de la mer "

mais il y a trop de poèmes à écrire, j'en resterai à ceux-là. Pour bien parler d'Aimé Césaire, le mieux, c'est encore de le citer