Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 octobre 2017

Faudra-t-il sortir les parapluies ou les radeaux ?

meteo 2.JPG

Méteo France et météo Languedoc se rejoignent

meteo.JPG

29 août 2017

Café-Moulin à la mairie

 

Dans le cadre du projet de rénovation du moulin à vent du village, la municipalité a organisé ce lundi matin 29 août une réunion ouverte à tous pour informer de l’avancée des recherches et recueillir des avis et informations sur l’histoire de ce moulin.

Christophe Ventura et Sébastien Guironnet , élus en chargé de ce dossier, ont présenté à la quinzaine de présents photos et données qu’ils ont recueillies et qui permettront de déposer des demandes de subventions pour cette réalisation. Ils souhaiteraient redonner au moulin son aspect original (toit et ailes) sans la mécanique intérieure, mais en préservant les travaux de manière à pouvoir l’ajouter plus tard éventuellement.

Les premiers chiffres gravés sur le linteau (11) laissent penser que ce moulin date du 12e siècle.

Plus tard, les seigneurs (famille d’Ardouin) propriétaires de la minoterie qui utilisait la force de l’eau ont probablement acheté le moulin, complément indispensable de l’autre moulin qui ne fonctionnait qu’au 2/3 du temps.

La fin définitive du moulin à vent semble correspondre à l’arrivée du moteur à essence à la minoterie dans les années 1852, puis les vols de pierres, notamment l’escalier central ont contribué à sa dégradation.

La structure extérieure est cependant restée bien conservée et les pierres du haut sur lesquelles tournait le toit est remarquablement en bon état, avec les pierres incurvées pour l’évacuation des eaux de pluie.

Une structure a particulièrement intriguée les intéressés, une pierre de taille toute en haut, avec un cône creusé en entonnoir et une conduite faite de tuiles vers le bas… intrigue à laquelle Jean-Christophe Galant, féru d’histoire, semble avoir donné une explication satisfaisante (pierre qui mesurait l’impôt à payer au seigneur propriétaire).

Quelques anecdotes ont contribué à rendre vivante l'histoire plus récente du moulin et de sa colline, moulin des amours (cachés), piste de luge et autres historiettes de notre enfance...

Les élus souhaitent réaliser autour du moulin rénové un aménagement paysager avec un arboretum, et un espace exposition à l’intérieur, en associant notamment les écoles.

IMG_7964.JPG

Des participants très attentifs aux explications de Jean-Christophe Galant

28 août 2017

Nos cigognes repartent déjà

Les cigognes blanches ont maintenant pris l’habitude de venir prendre des forces dans notre village. De plus en plus nombreuses, elles se regroupent sur les arbres et même les grues avant de se délecter des insectes, mollusques et petits mammifères qui vivent dans l’eau peu profonde ou les herbes encore vertes de nos stades ou des champs pour se préparer au grand départ.

Oiseaux migrateurs, les cigognes s’en vont passer l’hiver en Afrique où elles trouveront plus de nourritures qu’ici. Elles sont passées en mars pour aller se reproduire (en Alsace, Allemagne, Hollande, etc.) et repartent (migration postnuptiale) prendre leur quartier d’hiver en passant par le couloir rhodanien avant de franchir les Pyrénées et l’Espagne, via Gibraltar, pour rejoindre le Maghreb et l’Afrique sub-saharienne.

C’est dire si leur voyage sera long et la chance que nous avons de les accueillir chez nous maintenant chaque année, même si à cette époque c’est pour annoncer les prochains froids. Il paraît d’ailleurs qu’elles sont de plus en plus nombreuses à s’installer dans le sud de l’Europe avec le réchauffement climatique.

cigognes 1.jpg

cigognes 2 Daniel Pruvost.jpg

cigognes 3 Vernet J..jpg

cigognes 4 jerome vernet.jpg

cigognes 5 charlène fricon.jpg

Merci à Daniel Pruvost, Jérome Vernet et Charlène Fricon qui m'ont proposé ces belles photos de cigognes à La Calmette ces jours-ci

01 juillet 2017

Assemblée Générale de la Saint-Hubert

saint-hubert, chasse, la calmetteLe président de la société de chasse « la Saint-Hubert », Denis Végleur, informe ses adhérents que leur assemblée générale se tiendra mercredi 5 juillet à 19 heures à l'ACSEM (salle Michel Névot)

02 mai 2017

Jacques Fabry et la disparition des abeilles

Suite à l’article sur la mortalité des abeilles paru dans midi libre du 21 avril, Jacques Fabry, « avioclimatologue », a proposé aux apiculteurs de La Calmette ce jeudi 27 avril d’exposer le résultat de ses recherches pour une meilleure compréhension du phénomène.

Passionnant et passionné, Jacques, sans négliger les multiples facteurs (pollution, frelons asiatiques, etc.) régulièrement avancés pour expliquer le phénomène, a démontré que le facteur « global » lié à la climatologie était déterminant.

Il explique que les abeilles, comme tous les insectes à ocelles (petits yeux au sommet du crâne) sont surtout sensibles à ce qu’on appelle en météo le « jour blanc », avec un soleil géant (effet loupe), un ciel moins bleu et des nuages en long, dits homogénitus (créé par l’homme).

Sa démonstration montre qu’avec l’augmentation exponentielle du trafic aérien, lié notamment au développement du low-cost, des nuages qui n’existaient pas avant, se forment en long, gorgés d’eau et souvent de glace et accentuent ce phénomène de jour blanc bien connu en montagne.

« La combustion produit certes du CO2, mais surtout de l’eau, du H2O, à 95%, responsable de ce phénomène d’effet de serre qui désoriente les insectes munies d’ocelles. A l’image du papillon de nuit attiré par la lumière des éclairages publics, l’abeille est désorientée à cause d’un voile généré par le trafic aérien et s’épuise.

Jacques Fabry, en bon Savoyard, sait à quel point les skieurs, même chevronnés, ont du mal à bien skier lors de ces jours blancs et il enrage d’autant plus que ses recherches sont reconnues dans les différents colloques mais ne donnent pas de suites.

« J’ai pourtant proposé des solutions efficaces, comme des récupérateurs d’eau à la sortie des avions, dit-il, et le surcout ne serait pas un handicap insurmontable… mais les politiques préfèrent ne parler que du CO2, et qui ne sera limité qu’à partir de 2020. Les abeilles sont les sentinelles de l’environnement et sont les premières à être perturbées par les effets de ces nouveaux nuages. Ne croyez pas, malgré les soi-disant expériences japonaises que la pollinisation, nécessaire à la vie végétale, pourra un jour se passer des abeilles ».

Ce chercheur, qui a peut-être mis le doigt sur une découverte essentielle, a beau être reçu par tous les ministères, se décourage un peu devant les difficultés à faire avancer les choses.

Jacques Fabry, abeilles, apiculture, la calmette

19 avril 2017

Abeilles et frelons asiatiques, qui va gagner ?

Une année terrible pour la disparition des abeilles

Les apiculteurs de La Calmette et de la Gardonnenque ont perdu de nombreuses ruches cette année.

La mortalité des abeilles a atteint un niveau véritablement inquiétant, Alain Laurent, un apiculteur qui a obtenu le label biologique, parle de près de 70% de perte, Marc Ricci, un autre apiculteur calmettois, n’est pas loin du même constat.

« J’ai perdu mes 15 ruches en Cévennes à cause du frelon asiatique et la récolte du miel de bruyère blanche est compromise et je crains que celle de châtaigniers suive le même chemin » nous dit Alain.

Détruire les nids de frelons asiatiques

Vers le milieu de l’hiver, il s’est démené pour que soient détruits les 4 nids de frelons asiatiques qui étaient sur le village et avait demandé, devant la difficulté à obtenir leur enlèvement et leur destruction, l’autorisation de tirer sur les nids avec de la grenaille « contrairement à ce qu’on entend toujours, les reines restent de plus en plus souvent à l’intérieur avec les hivers moins froids et les plombs vont perforer la coque et tuer les frelons restants.

L’idéal serait de le faire à la fin de l’automne quand tous sont entrés à la tombée de la nuit, mais même en hiver ça vaut la peine si la reine n’est pas descendue s’enterrer. Le tir au fusil de chasse permet de détruire le nid efficacement et sans insecticide ni danger pour celui qui va le prélever, à un faible coût».

Sa détermination a payé, puisque les nids ont été enlevés avant.

« Ce n’est malheureusement pas suffisant car il y a bien d’autres causes à la disparition des abeilles, dit Marc, le frelon asiatique n’est qu’un facteur aggravant. Peut-être que le fait que ce soit une année de 13 lunes a ajouté au phénomène ».

Pesticides, neuro-toxiques systémiques et les néonicotinéïdes, plus les téléphones portables

Il y a aussi les pesticides, neuro-toxiques systémiques et les néonicotinéïdes. Alain signale aussi que les téléphones portables émettent des ondes dans les mêmes fréquences que les abeilles et  leurs font perdre le sens de l’orientation. L’enjeu est essentiel car les abeilles en pollinisant les plantes sont nécessaires à notre survie.

Il serait important d’installer des pièges à frelons d’avril à juin pour éviter que les jeunes fondatrices ne forment de nouvelles colonies.

Aider les apiculteurs à reconstituer leurs ruches

« Un mélange de grenadine, de vin blanc et de bière brune par exemple peut être très efficace » ajoute Alain, mais il est aussi indispensable de nous appeler quand un particulier repère un essaim d’abeilles, ce qui nous permettra de redonner vie à de nouvelles ruches. N’hésitez pas à nous appeler, d’autant que c’est la période, et le coût d’un enlèvement est gratuit ».

Contact : Alain Laurent 06 82 25 43 26 ; Marc Ricci 04 66 81 07 97

alain laurent, apiculteur, marc ricci, frelon asiatique,la calmette

Alain Laurent prépare ses ruches après l'hécatombe de cet hiver

 

22 février 2017

Olivier Chantepie s’installe dans le village pour la défense animale

Olivier Chantepie, président, et Alain Helfer, vice-président, ont créé une association loi 1901 de défense animale en 2015, la SDPA, société départementale de protection animale (Gard) dont le siège vient d’être transféré à La Calmette.

Leur but est d’ouvrir un nouveau centre d’hébergement pour animaux abandonnés face à l’engorgement des refuges actuels, ainsi qu’un système de garde à domicile (entretien, nourriture et promenades) pendant l’absence des maîtres pour les animaux de compagnie et chevaux.

« Il y a trop d’abandon d’animaux, nous dit Olivier, et c’est surtout pendant les vacances quand les gens ne savent pas comment faire pour la garde. Il y a un manque réel de structures adaptées ».

Olivier, actuellement ouvrier d’entretien, est un ancien monteur-ajusteur en aéronautique (5 ans dans la Sarthe) et menuisier bâtiment. L’association qui comporte 10 adhérents, cherche à s’agrandir et à collecter des fonds pour réaliser ce projet.

De nombreuses demandes de subventions peinent à se concrétiser, et poursuit Olivier, « on compte sur l’adhésion et la générosité de tous ceux qui partagent notre soucis d’aider ces animaux injustement abandonnés.

On a d’ailleurs créé à cet effet deux sites, https://www.helloasso.com/associations/societe-departemen... et sdpa sur litchi.com ».

Contact SDPA 2 rue des coloquintes 30190 La Calmette ; Olivier, 06 67 81 11 96 ou s.d.p.a0030@gmail.com

 

 

IMG_6655.JPG

 

Olivier cherche des subventions pour réaliser son projet

10 décembre 2016

Une vague monstrueuse sur La Calmette?

Etrange phénomène, très surprenant à observer ce midi à La Calmette. Alors que la matinée était marquée par un ciel très nuageux, une immense vague de nuages gris, avec la crête blanche d'écume, s'est retirée de notre ciel... reculant à vue d'oeil !

Heureusement qu'elle s'éloignait plutôt que de nous venir dessus ! et le soleil a brillé de tous ses feux.

IMG_6136.JPG

IMG_6137.JPG

La photo a été prise un peu tard... quand la "vague" était déjà loin, mais elle barrait tout le ciel côté nord

21 mai 2016

Lune et Mars présentes à la fête

Les 21 et 22 Mai, la lune ne sera pas seulement bleue (aussi dite "supplémentaire"), elle sera aussi accompagnée de la planète Mars qui elle sera rouge ! Vous pourrez donc voir deux phénomènes en une seule observation. 

 Mais qu'est-ce qu'une pleine lune bleue ?

 La lune n'est pas réellement bleue. En effet, bien qu'elle apparaisse bleue dans la nuit, il s'agit d'un phénomène extrêmement rare. Cette couleur est le résultat de particules de poussière dans l'atmosphère qui diffusent la lumière et nous donnent l'impression que la Lune est bleue. 

lune bleue.JPG

 Comment est-il possible que nous voyions Mars en même temps que la Lune bleue ? 

 Mars sera en opposition le 22 mai, ce qui signifie que la Terre  passera entre Mars et le soleil ce week-end. 

Ce phénomène se produit tout les deux ans et cinquante jours, et nous venons juste de sortir d'une année de non-opposition, pendant laquelle la planète Mars est faiblement apparue dans le ciel nocturne.

Pendant les années de "non-opposition", la planète Mars est plus éloignée de la Terre dans le Système solaire. 

mars rouge.JPG

mars-opposition.jpg

25 février 2016

Une cartographie du village participative

Une cartographie du village ? 

Mercredi 24 février à 14h, les acteurs du projet de valorisation du patrimoine, dans le cadre de la charte paysagère des garrigues intercommunale, initié par Nîmes Métropole et le collectif des garrigues, se sont donnés rendez-vous à l'école de La Calmette. La commune intéressée par le projet dans le cadre de son travail de valorisation des chemins et du patrimoine communal, avait mise à leur disposition la salle informatique de l'école primaire.

Cette deuxième journée de formation,  du projet de cartographie participative et interactive du patrimoine bâti et historique des 14 communes, était destinée à l’apprentissage de la saisie des données dans Open Street Map.

 La première journée, sur la prise de données terrain (gps), avait eu lieu à Sernhac où Serge Roumejon avait permis de collecter de nombreux points de patrimoine dans le village.

Christophe Ventura, élu communal qui anime pour notre village le groupe de travail  a collecté de son côté avec l’appui de Jack Montbrun différentes données qui pourront être entrées dans cette cartographie participative. Evelyne Viale, Sébastien  Guironnet et Christian Arial participent également à l’aventure.

 

Amélie Nespoulous et Frédéric Cambessedes du collectif des Garrigues et Sébastien Guibert de Nîmes-métropole animent la mise en oeuvre de cette cartographie participative.

Ils expliquent « c’est un projet de valorisation de notre territoire, sous la forme ouverte à tous de type wikipédia, pour collecter et conserver la mémoire de nos richesses et de notre patrimoine, mais aussi pour informer de manière pratique.

Ainsi, on pourra relever les sources, lavoirs, fontaines ; les capitelles, murets, jardins ; les lieux historiques (tours, châteaux, églises et temples, croix) ; les lieux liés à l’agriculture (caves coopératives, vignes, mas, bergerie, moulins) et le patrimoine architectural. A côté de ça, on pourra aussi cartographier les sentiers de randonnée, indiquer les commerces, mairies, bibliothèques et autres lieux utiles, les indications pratiques (accès handicapés, passage piétonniers, pistes cyclables, WC publics, etc.) ».

La réalisation de cette carte interactive du patrimoine des 14 communes (Bernis, Bezouce, Cabrières, Dions, La Calmette, Ledenon, Marguerittes, Milhaud, Nîmes, Poulx, St-Chaptes, Ste-Anastasie, St-Gervazy et Sernhac) demande d’abord un temps d’apprentissage de l’outil. Ensuite, il sera possible d’organiser des « cartoparties » où tout un chacun pourra participer.

Dans l’esprit de la philosophie wiki, l’objet ensuite vivra sa vie propre avec les apports enrichissants de tous et à la portée de tous.

Dans un deuxième temps, il sera possible d’intégrer cette carte interactive au site internet des mairies qui le souhaitent.

IMG_3862.JPG

IMG_3861.JPG

Ca n'a pas l'air comme ça, mais ça bosse dur pour utiliser l'outil JOSM (java open street map)

IMG_3843.JPG

A Sernhac, la semaine dernière

IMG_3842.JPG

IMG_3858.JPGIMG_3860.JPG

 

18 juillet 2015

Le château d'eau totalement refait

Lors de la visite du site, mercredi 8 juillet, le maire Jacques Bollègue est allé réceptionner la fin des travaux et la remise en eau du château d’eau, dernier et seul ouvrage de stockage de la commune avec un volume d'environ 1000 m3.

Nîmes Métropole a entrepris le diagnostic du génie civil de l'ensemble des cuves d'eau potable situées sur son territoire en 2013. Cette étude a permis de lister les préconisations nécessaires à la pérennisation de chacun des ouvrages de son patrimoine et de fixer des priorités d'interventions. Ainsi il a été jugé nécessaire de procéder en 2015 à la réhabilitation de la cuve du réservoir de La Calmette. 

Les travaux ont été réalisés de mars à mai 2015 par l'entreprise ER Rhône Alpes et ont consisté à une réhabilitation complète de l'ouvrage pour un montant de 150 000 €, soit la reprise totale de l'étanchéité intérieure de la cuve (radier et voile), l’imperméabilisation du plafond et la reprise totale de l'étanchéité extérieure (paroi et toiture) de la cuve et de la chambre de vannes.

023.jpg

La nouvelle silhouette du réservoir de La Calmette

De plus il a été procédé à la reprise des ventilations, au renouvellement des portes et fenêtres ainsi que d'une partie de la tuyauterie.

« Pendant ces travaux, le réservoir étant inutilisable pendant 12 semaines, la desserte de la commune en eau potable a été assurée directement par la station de pompage de la Braune » nous explique Franck Paillard, chef du Service de l'Eau Nîmes Métropole.

10 juillet 2015

LA CALMETTE placée en "vigilance" sécheresse

M le Préfet du Gard a placé, le 1er juillet dernier, le secteur amont du bassin versant de la Cèze en alerte de niveau 1.
Il est rappelé que le remplissage des piscines privées, le lavage des voitures et le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert sont interdits.
Sont également interdits l’irrigation agricole entre 10h00 et 18h00 (sauf pour les modes d’irrigation économes en eau) et
l’arrosage domestique entre 8h00 et 18h00.

Sur le reste du département, l’accroissement des prélèvements liés aux besoins estivaux, corrélé aux fortes températures provoquent une baisse continue des débits des cours d’eau.
Pour le moment, ils restent au-dessus des seuils de vigilance. Cependant, compte tenu des prévisions météorologiques, cette diminution devrait se poursuivre et les seuils de vigilance être atteints dans les prochains jours.

Dans ces conditions M le Préfet du Gard a décidé de placer, dès maintenant, en niveau de vigilance, les bassins versants des Gardons, de la Cèze en aval du pont de Tharaux, de l’Ardèche, de la Dourbie, du Vidourle et de l’Hérault.

En vigilance, il est demandé à chacun d’adopter des mesures d’économie d’eau et évitant, par exemple, d’arroser pendant les heures les plus chaudes de la journée.

 

Toutes les mesures de recommandations ou limitations des usages de l’eau sont consultables sur le site des services de l’état dans le Gard:
http://www.gard.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Eaux-et-milieux-aquatiques/Secheresse
Des arrêtés de restriction d’usage de l’eau plus contraignants peuvent être pris par les maires si la situation sur leur territoire le nécessite.

Le prochain comité sécheresse se réunira le 21 juillet prochain pour faire le point sur la situation hydrologique.

A l’issu de ce comité et selon l’’évolution de la situation, M le Préfet du Gard pourra être amené à prendre de nouvelles mesures de restrictions et de limitations des usages de l’eau.

carte vigilance eau.JPG

carte vigilance eau.4.JPG

carte vigilance eau.2.JPG

carte vigilance eau.3.JPG

carte vigilance eau.5.JPG

03 mai 2015

Paru sur Midi Libre d'aujourd'hui

ml3.5.15.JPG

Et aussi un article intéressant si vous souhaitez sauver vos buis ... cette pyrale est envahissante et très vorace !

pyrale 1.JPG

pyrale 2.JPG

pyrale.JPG

11 avril 2015

Et oui, l'herbe pousse, mais...

A lire sur le nouveau site de la mairie de La Calmette, dans la rubrique "environnement" (cadre de vie)

 

feux de végétaux 2.jpg

Capture 4.JPG

cliquez sur l'image pour agrandir

08 novembre 2014

Françoise Arnassan et ses herbes magiques

 

 IMG_8278.JPG

Françoise est née dans le village comme beaucoup d’enfants de sa génération et y a toujours vécu. Toute petite elle courrait derrière sa grand-mère pour aller chercher les herbes pour les lapins ou « faire la feuille » pour les magnans et ramener la salade du soir que toute la famille adorait manger. Puis c’est surtout en suivant Camille Peloux, cantonnier du village et passionné de plantes qui était un ami de son père garde-champêtre, que Françoise s'est perfectionnée dans la connaissance des plantes.

Elle se souvient de ses années d’école, l’ancienne école libre de filles du plan de la croix, devenue école publique et mixte, puis au château avant de rejoindre l'école actuelle avec monsieur Julien. Capitaine de l’équipe de l’école primaire en 60, elle a ramené une coupe lors des « landies »qui se tenaient dans les arènes de Nîmes. « On était des centaines d’écoliers du Gard avec notre tee-shirt bleu à participer à ces épreuves sportives dans les arènes, et je n’étais pas un peu fière avec mes copains de l’école de ramener cette coupe à M. Julien, l'instituteur »

Françoise réussira ensuite son diplôme d’infirmière à l’école de la rue Kléber et fera ses 40 ans de vie professionnelle à la rue Hoche puis à Carémeau.

Elle nous dévoile sa salade du soir qu’elle ramène de sa ballade de l’après-midi : « J’ai préparé une salade composée d’herbes qu’on trouve en ce moment, de la rouselle (sorte de coquelicot qu’on appelle aussi rosette parce que ses fleurs poussent en rosette), du laiteron (ou cardelle), de la pinchenelle ‘ou prounchinelle (une laitue sauvage) qui a un léger goût amer, la laitue des vignes et de la salade à la bûche (ou chicorée) qui pousse sur la tige de l’année précédente, avec ses jolies fleurs que les Romains adoraient déjà, du pissenlit, de la pimprenelle qui devient rare par ici, de la langue de bœuf (ou langua dé biou), de la patience sauvage (la pointue et la violon) et enfin de l’oseille sauvage », puis ajoute « Toutes ces herbes sauvages s’utilisent pour faire la bourbouillade, délicieuse avec des croutons de pain et des œufs durs. On peut ajouter de la cibelle qui la rend plus douce (ou crialoun) et de la roquette avec son petit goût de moutarde, la mauve encore en fleur, la bourrache dont on mange les feuilles jeunes et les fleurs, la nigelle de Damas avec ses petites graines noires qu’on utilise en pâtisserie, le crépis de Nîmes qui tapisse de jaune les vignes à l’automne, la lampzane, sa cousine ( qu’on donnait pour stopper les montées de lait, les salsifis sauvages, ou gallinette et sa sœur le barba Bou (barbe à bouc). »

Puis Françoise aborde les plantes médicinales, parle des champignons, intarissable. En riant elle nous raconte qu’elle a fait un potage vert pour ses neveux à l’occasion d’Halloween, ma « soupe de sorcière » : de l’oseille, deux poignées de fleurs de mauve, des fanes de radis, poireaux sauvages, des cibelles et des salsifis, avec une pomme de terre pour épaissir. Il paraît qu’ils ont adoré et en ont redemandé !

En randonnée avec son groupe « un pied devant l’autre », Françoise est un véritable puits de science, expliquant çà et là les plantes toxiques, cueillant une racine de bardane au bon goût d’artichaut, montrant tout ce qui se mange ou qui parfume… randonner avec elle est une leçon de botanique qui, de surprise en surprise, devient un pur moment de découverte de cette nature si riche qui nous entoure.IMG_8273.JPG

 

 

 

IMG_8280.JPG

Françoise, à la recherche de ses salades sauvages

18 février 2013

Initiative citoyenne : le droit à l'eau pour tous

eau 4.JPG

VENEZ SIGNER LA PETITION pour que la commission européenne ne privatise pas l'eau, droit fondamental des humains !

eau 1.JPG

eau 2.JPG

http://www.right2water.eu/

cliquez sur le drapeau correspondant pour avoir le texte en français

Refuser la privatisation de l'eau ! une initiative citoyenne jusqu'au mois d'octobre 2013 :

L'Initiative citoyenne européenne est un nouvel instrument de démocratie participative qui existe en Europe depuis le 1er avril 2012. Par une ICE, des citoyens peuvent mettre une question au programme politique de la Commission européenne en rassemblant un million de signatures venant d'au moins sept États membres de l'Union européenne. La Commission veut donner ainsi aux citoyens un rôle plus actif dans le processus politique européen.

Si vous vous posez des questions, allez voir sur : http://www.right2water.eu/fr/node/45

03 novembre 2012

Rando-resto... ciel bleu, qui dit mieux ?

Encore un vendredi sur les chemins du Gard, ce 2 novembre sous un beau soleil dans le Sommièrois

DSCF0066.JPGDSCF0071.JPG

DSCF0094.JPG

Tiens tiens ...

DSCF0079.JPGDSCF0084.JPG

 

 

 

 

 

 

Superbe lavoir et magnifique noria sur le chemin, à Salinelles... puis pour finir un petit restaurant "côté sud-ouest" à Sommières où on déguste des petits plats du Gers que je ne vous en dis pas plus...

 

Et n'oubliez pas d'aller faire un tour sur le blog de Midi Libre où paraissent toutes les infos du village, http://lacalmette.blogs.midilibre.com

01 novembre 2012

Souvenirs des inondations : 10 ans déjà

Samedi 3 novembre au foyer municipal

comémo inondation 2002.jpg

cliquez sur l'image pour agrandir

15 octobre 2012

La tête dans les étoiles...

Mais jamais sans mon casque.... de THOR


Merci à l'Observatoire Européen Austral de nous offrir de si merveilleuses photos !

26 avril 2012

Les saints de glace et les cavaliers

Ré édition 2012, en attendant la Saint-Glin glin ....


Connaissez-vous les Saints de glace ? On les confond souvent dans notre région avec les « cavaliers » qui arrivent entre le 23 avril et le 3 mai, avec l’équinoxe de printemps : Saint Georges(23 avril), saint Marc(25 avril), Saint Eutrope(30 avril) et Sainte Croix(3 mai) et Saint Jean-Porte-Latine(6 mai), appelés familièrement en langue d’Oc : Jorgét, Marquét, Tropét, Crozét et Janét.


L Chaleil (dans « La mémoire du village ») nous dit « on disait d’eux : « Aqui li quatre cavaliers e la vielha per li battre » (voici les 4 cavaliers et la vieille pour les battre)-parce qu’ils amenaient souvent les gelées tardives. »
Ceci expliquant cela, on confond souvent dans le Gard les 4 « cavaliers » avec les saints de glace, traditionnellement fêtés les 11, 12 et 13 mai de chaque année, qui sont : saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais. Ils sont implorés par les agriculteurs pour éviter le gel. Une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre.
« Saint Servais, Saint Pancrace et saint Mamert font à trois un petit hiver »
Saint Mamert, fêté le 11 mai
Archevêque de Vienne en Gaule, décédé en 474, a institué les Rogations, qui signifient prières de demande liturgique. Il ordonna 3 jours, précédant l’Ascension, de prières contre les calamités.
Saint Pancrace, fêté le 12 mai
Neveu de Saint-Denis martyr, décédé en 304 à l'âge de 14 ans. C'est le patron des enfants.
Saint Servais, fêté le 13 mai
Servais, évêque de Tongres en Belgique (décédé en 384), aurait subi le martyre à Milan avec son frère Portaux. Il fut le premier à disparaître du calendrier, remplacé en 1811 par saint Onésime et aujourd'hui par sainte Rolande. (Saint Gervais est souvent cité en lieu et place de Saint Servais).
(source Wikipedia)


Notez bien que le calendrier ne les fête plus. Encore un coup des calotins qui ne voulaient plus de ces saints soi-disant païens et qu’on a remplacé par Estelle, Achille et Rolande !
Quoi qu’il en soit, tous les jardiniers savent qu'il est prudent d'attendre que les saints de glace soient passés avant de mettre les plantations en terre. Ces 3 saints sont traditionnellement les derniers jours où des gelées nocturnes peuvent se produire dans nos régions.

 

Quelques dictons (merci à "Rustica")

Grands chevaliers ou Cavaliers du froid

Nombre de dictons populaires font référence aux "Grands chevaliers" ou "Cavaliers du froid" en les citant parfois par trois, le plus souvent par quatre et plus rarement par cinq.

"Gelées de Saint-Georges, Saint-Marc, Saint-Robert,
Récoltes à l'envers."

"Entre Saint-Georges et Saint-Marc,
Est un jour d'hiver en retard."

Les Cavaliers du froid sont les Saints Georges, Marc, Robert, Philippe (ou Colinet) dont les fêtes sont toujours dans le calendrier actuel, les 23, 25, 29 avril et 1er mai respectivement, mais aussi Vital, Eutrope et Jean-Porte-Latine, autrefois fêtés les 28, 30 avril et 6 mai.

"Marquet, Georget, Philippet, Croiset,
Tous Saints dont il faut se méfier."

Les Saints de glace

Faisant suite aux Cavaliers du froid ou Grands Chevaliers, les Saints de glace les plus connus et cités sont Saint-Mamert, Saint-Pancrace et Saint-Servais, aujourd’hui disparus de nos calendriers mais autrefois fêtés les 11, 12 et 13 mai. Saint-Boniface (14 mai) et Saint-Urbain (25 mai) étaient les derniers parfois nommés.

"Les Saints-Servais, Pancrace, Mamert,
Font à eux trois un petit hiver."

"Au printemps ramène l'hiver,
Pancrace, Servais et Mamert."

"Les trois Saints au sang de navet,
Pancrace, Mamert et Servais,
Sont bien nommés les Saints de glace,
Mamert, Servais et Pancrace."

"Mamert, Pancrace, Boniface,
Sont les trois Saints de glace,
Mais Saint-Urbain,
Tient tout dans sa main."

"Le bon Saint-Boniface,
Entre en brisant la glace."

 

01 janvier 2012

Jardinez avec la lune

Petit cadeau pour commencer la nouvelle année....

calendrier-lunaire-2012.jpg

jardin lunaire1.jpg

jardin lune 2.jpg

C'est pas pour faire de la pub, mais l'abonnement à cette e. revue est gratuit et bien intéressant :

jardin avec la lune


 

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2012

26 décembre 2011

Noël, joyeux Noël, suite...

randonnée,la calmette

randonnée,la calmette

randonnée,la calmette

randonnée,la calmette

10 décembre 2011

Pouvez-vous éclairer ma lanterne?

Connaissez-vous cette drôle de bestiole ?

05122011095 (2).jpg

lézard,nîmes,crocodile,la calmette

outre bien sûr qu'il a du se faire attraper la queue... je n'ai jamais vu un lézard de cette envergure et qui ressemble autant à un crocodile

non?

Vu sur une pierre à Nîmes le 5 décembre 2011


Après recherche, je pense qu'il s'agit d'une tarente, ou gecko des murs. Mais que faisait-il alors en plein jour et à Nîmes ? étrange !

06 décembre 2011

Randonnée

 Comme chaque vendredi, notre groupe de joyeux randonneurs de La Calmette est allé découvrir des espaces nouveaux et vivifiants.

DSCF3988.JPG

DSCF3980.JPGDSCF3981.JPG

 

 

 

 

 

 

Ce jour-là, c'était près des beaux villages de Tharaux et Rochegude, où la Cèze aime paresser avavt de s'engouffrer dans ses gorges.

Le temps était parfait, ensoleillé juste ce qu'il faut pour les marcheurs que nous sommes.

DSCF3978.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF3986.JPG

DSCF3995.JPG

DSCF3982.JPGrandonnée,la calmette

La halte bienfaisante et le pique-nique agrémenté d'un bon vin et de (trop) de bons gateaux... Puis la reprise qui nous amène à Tharaux, charmant village d'un bout du monde, où nous attendait une bien agréable surprise.

(A suivre...)

13 novembre 2011

Petite randonnée à l'oppidum de Nages

randonnée,oppidum de nages,la calmetteUn temps bien agréable après ces pluies cévenoles, petit tour donc en vallée de Vaunage pour la belle balade autour de l'oppidum.

DSCF3832 (2).jpg

DSCF3835.JPG

DSCF3834.JPG

 et retour sur le village autour de la jolie source, la fontaine romaine.

DSCF3848.JPGDSCF3854.JPG