Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 septembre 2018

Le secret de Marcus (page 3)

Puisque les jeux sont faits... je peux vous proposer le conte que j'ai écrit pour Cont'olives. Comme il contient 10 pages (le maximum autorisé), je vous propose de le lire comme une série, une page par jour, les derniers jours du blog (midiblogs).

J'espère qu'il vous plaira autant qu'à mes lecteurs "testeurs" qui ont bien voulu le lire.

 

Le secret de Marcus (page 3)

Un jour de printemps, alors qu’il était seul sur l’échelle à « pincer» les oliviers afin de limiter l'allongement des branches et favoriser la ramification, Julia l’interpella gaiement

–« Bonjour Marcus, crois-tu qu’il va pleuvoir que les tiots sont perchés ? » 

Marcus fut surpris, ne l’ayant pas entendue venir, et se mit à rire

-« Moque toi Julia, tu te moqueras moins quand tu goûteras l’huile parfumée que j’espère tirer de ces arbres. Je voudrais l’appeler l’or des oliviers de Julia si tu es d’accord et si ton père accepte. J’ai déjà repéré quelques amphores de couleur claire qui seraient parfaites pour cette cuvée ». Julia ressentit une vague de chaleur l’envahir et ne savait plus comment réagir

-« C’est vrai ? C’est gentil de ta part », se prit-elle à murmurer tout en essayant de cacher son trouble.

-« Comment, que dis-tu Julia ? » demanda Marcus en se tournant vers elle et se pencha un peu quand tout à coup son pied glissa et le garçon tomba à la renverse sur la terre caillouteuse.

Tandis qu’il restait un peu étourdi par le choc et s’inquiétait de savoir s’il ne s’était pas cassé quelque chose, il se retrouva dans les bras de Julia qui l’avait enlacé, effrayée et soucieuse

-« Ne bouge pas Marcus, regarde-moi et dis-moi si tu as mal. Peux-tu bouger tes bras ? Et ta tête ? Et tes jambes ?

Elle aurait, ainsi affolée, égrainé toutes les parties de son corps tandis que Marcus ne put s’empêcher de sourire devant tant de sollicitude. Comme il se sentait bien dans les bras de cette adorable fille malgré quelques douleurs confuses dans tout son corps.

-« Parle-moi, Marcus, as-tu mal ? J’ai eu si peur en te voyant tomber»

-« Ca va Julia, je crois que ça va » répondit-il tout en fermant les yeux pour savourer un peu cet instant et se laisser aller contre la jeune fille

-« Oh mon Marcus, j’ai eu si peur », répéta-t-elle et ne put s’empêcher d’embrasser son visage en le serrant contre elle. Les premières chaleurs se faisaient sentir et Marcus était en sueur, pourtant Julia aurait donné tout ce qu’elle avait pour l’embrasser encore et encore. 

-« Julia, ma Julia, tout va bien, ne t’inquiète pas ». Il la regarda avec un peu de gêne tout en essayant de se relever. Son beau visage penché sur lui appelait son baiser et Marcus eut toutes les peines du monde à se ressaisir

-« Je crois que je me suis foulé la cheville en tombant, ajouta-t-il. Ce n’est pas très grave, mais je vais peut-être devoir laisser la place à un autre ouvrier pour finir de rabattre et de pincer ces arbres. » 

Tandis qu’il faisait une grimace de douleur, Julia l’aida à se relever et se retrouva dans ses bras vigoureux

-« Ne marche pas si tu as une mauvaise entorse, appuie-toi sur moi, je vais t’aider Marcus, viens doucement »

Elle l’enlaça tendrement pour l’aider à bouger et Marcus, pris d’une sorte d’ivresse, l’embrassa sur sa jolie bouche tandis qu’elle se blottissait contre lui 

-« Oh Marcus, mon Marcus », répétait-elle, sans trop savoir si elle devait être heureuse ou non… 

Elle partit tout à coup en courant, laissant le jeune ouvrier inquiet et décontenancé. Comment avait-il osé baiser ainsi sa jolie bouche ? Lui pardonnerait-elle jamais ? Car il savait bien que dans la société romaine en ce temps-là, même si l’empereur Adrien avait considérablement assoupli les règles envers les esclaves et les serviteurs libres, le mariage était interdit entre citoyens et non-citoyens, et Tiberius aurait tout loisir de le chasser de ses terres et même du pays s’il apprenait son geste.

Les jours passèrent. Julia s’enquérait chaque jour discrètement de l’état de sa cheville mais n’osait pas venir vers lui.

Quand Marcus reprit le travail, Julia le rencontra à nouveau à plusieurs reprises. Elle se comportait comme si rien ne s’était passé. Pourtant leur amour grandissait chaque jour d’avantage, la graine plantée fleurissait maintenant.

Marcus avait accompagné quelquefois son père Verus et le maître jusqu’à Nemausus, lorsque ce dernier allait négocier avec les marchands grecs de Massalia. Il savait que Tiberius avait poussé son voyage jusqu’au port pour trouver de meilleurs partis à ses affaires, mais il n’avait jamais emmené les ouvriers jusque-là car le voyage était bien long et il fallait dormir à Arélate, à Salon ou à Fossa Mariana (Fos) selon l’itinéraire. Six à sept jours de voyage aller-retour minimum, même en changeant de montures aux relais.

09:10 Publié dans Blog, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20 septembre 2018

Un conte (pour adultes) : le secret de Marcus

Puisque les jeux sont faits... je peux vous proposer le conte que j'ai écrit pour Cont'olives. Comme il contient 10 pages (le maximum autorisé), je vous propose de le lire comme une série, une page par jour, les derniers jours du blog (midiblogs).

J'espère qu'il vous plaira autant qu'à mes lecteurs "testeurs" qui ont bien voulu le lire.

 

Le secret de Marcus (page 1)

Nous sommes en – 16 av. JC, dans un petit coin de Gardonnenque, il y a quelques deux mille ans.

Julia est une adorable petite fille de dix ans, ses parents sont de riches Romains à qui Octave, le futur empereur Auguste, a concédé une « villa » en remerciements des actes de bravoure de son père Tiberius lors de sa campagne d’Egypte et des services rendus à Rome. Patricia a épousé le beau Tiberius voilà une quinzaine d’année. Il était alors tout auréolé de gloire à son retour de guerre, on disait même qu’il avait combattu à Alésia, ce qui le faisait rire « j’avais à peine six mois quand Jules César a vaincu Vercingétorix, on doit me confondre avec mon père qui a effectivement participé à cette bataille ». Quand César a proposé à ses anciens officiers des terres autour de Némausus (Nîmes), Tiberius a été séduit par ce petit coin à quelques toises de la cité, bordé par deux lacs et entouré de forêts giboyeuses à souhait. Sa position sur la route de Regordane, au croisement de deux voies romaines d’importance n’avait pas non plus échappé à ce fin stratège.  Comme la propriété avait plus d’une centurie de terres, l’affaire était intéressante, d’autant que Tiberius s’était fait conseiller par un de ses fidèles augures et que les présages (les oiseaux étaient passés à droite) étaient favorables.

Autour de la villa de Patricia et Tiberius se trouvaient plusieurs habitations plus modestes où vivaient les gaulois autochtones de la tribu des Volques arécomiques. Le couple avait d’ailleurs rapidement sympathisé avec les habitants du lieu qui vivaient principalement de la culture de quelques vignes, de chasse et de pêche, et surtout des oliviers, dont ils tiraient une excellente huile d’olive.

L’endroit était d’autant plus plaisant que sa situation avait permis d’en faire un relais pour les  voyageurs partis de Nemausus vers Alèstum, ou d’Ucetia vers Toulouse, via le nouveau pont construit par Tibère sur le Vidourle à Sommières. C’était un relais du cursus publicus, fiable et efficace, mais la taberna (l’auberge privée) située à côté n’était pas des plus recommandée, « On parle même de prostitution et de mauvaise cuisine avec un vin fortement coupé d’eau, disait Tiberius, entrainant parfois une clientèle peu fréquentable ». Tout cela poussait certains voyageurs aisés à se faire inviter (par lettre d’introduction) chez Tiberius qui pratiquait l’hospitium. La « table » de Patricia était d’ailleurs très réputée car sa cuisinière, une certaine Lucia, gauloise née au pays, faisait des merveilles. Elle avait épousé Verus, un des serviteurs de Tiberius, paysan et gladiateur venu des montagnes cévenoles, esclave considéré par le maître comme un ami. D’ailleurs, Tiberius, laniste dans l’âme, l’avait pris comme protégé et le faisait combattre souvent dans les arènes de Nemausus.  Verus était un rétiaire de talent qui maniait son filet avec dextérité et rapportait pas mal de sesterces à son maître.

A l’intérieur de la villa, Tiberius avait fait réaliser une superbe mosaïque d’après un dessin de sa chère Patricia où l’on voyait une danseuse demi-nue jouant du tambourin entourée d’oiseaux multicolores, un peu dans le style de celle de leurs amis à Nemausus. Julia adorait cette mosaïque à laquelle le jeune Marcus, fils de Verus, avait participé comme apprenti.

Si la villa était avant tout un domaine agricole, elle était également une demeure luxueuse avec un magnifique jardin intérieur entouré d’une galerie de colonnes, et chose peu commune, le jardin ouvrait sur deux bassins, une piscina, vivier abritant des poissons, et un natatio. Ce bassin faisait le bonheur de toute la famille et de leurs amis car Tiberius et Patricia adoraient nager dans l’eau fraiche et limpide, coulant d’une source proche détournée à ces fins. Faute de pouvoir se doter de thermes privés, le couple avait eu l’idée de ce bassin de bien-être et ne boudait pas son plaisir lors des étés très chauds. Tiberius, en homme de bien, permettait à ses serviteurs de profiter du natatio en dehors des heures réservées aux maîtres. C’est ainsi que la jeune Julia s’était retrouvée souvent avec Servius son frère à jouer dans l’eau avec le jeune Marcus. Les deux garçons avaient d’ailleurs à peu près le même âge,  deux ans de plus que la jeune fille. La grossesse commune des deux futures mères avait contribuée à resserrer les liens entre Patricia la maitresse de maison et Lucia, la cuisinière et servante.

(…) Ainsi vivaient les deux familles dans une harmonie agréable que permettait la « paix romaine » de l’époque. Les 3 enfants ont passé leurs 10 premières années à jouer ensemble comme tous les enfants du monde. Julia adorait son frère et admirait son copain Marcus.

(à suivre)

28 août 2018

Cont'olives : derniers jours pour envoyer vos contes (pour adultes ou pour enfants)

Ecrivain(e)s et amateurs amoureux de nos traditions, il ne vous reste que quelques jours pour finaliser votre conte dans le cadre de la manifestation "Cont'olives" qui se tiendra à La Calmette les 21, 22 et 23 septembre dans le parc de la mairie.

Alors, vite, à vos plumes ! Qu'on ait le plaisir de vous lire bientôt !

contolives.JPG

cont'olives,la calmette

(dessin tiré de "Julie, la petite olive" de Grib's)

05 août 2017

Marc Rode signe son premier roman

Quand un ancien dirigeant de SOC (Sport Olympique Calmettois) écrit un premier roman policier, il ne peut pas ne pas venir le dédicacer dans notre commune. Marc Rode sera donc présent le vendredi 1er septembre à 18 h 30 à la médiathèque, où il convie tous ses amis à partager un apéritif convivial après la dédicace de son ouvrage «Meurtre à Saint Cros».

A travers ce roman écrit dans un style bien à lui, Marc nous entraine dans une histoire située entre nos garrigues et les secrets du Vatican, après qu’ait été découvert le corps d’un homme assassiné dans l’église désaffectée de Saint Cros (village imaginaire de l’Hérault) qui se révèle être un prêtre responsable Interpol du Vatican.

Marc est né à Alès, puis a vécu son enfance à Montpellier. A 16 ans il entre en entreprise pour passer ses diplômes de chauffagiste en apprentissage et se retrouve conducteur de travaux à 25 ans.

Il s’installe comme chauffagiste à Saint-Anastasie après son mariage en 73 pendant 6 ans environ, période où il s’occupe (avec Raymond Montbrun) des minimes, cadets puis juniors du SOC, sous la présidence de M. Welland, avec André salles et André Barral pour les séniors. A cette époque en effet, l’ACSEM, (association culturelle et sportive pour enfants mixte), un peu l’ancêtre de nos associations, a décidé de passer le relai du foot au SOC.

Très actif socialement, c’est aussi le temps où Marc est secrétaire général des DDEN du Gard (Délégué départemental de l’Education Nationale).

Sollicité par la société qui fournissait le matériel, il accepte de changer d’orientation et d’en devenir le commercial, crée un département chauffage à Montpellier, puis les usines faisant appel à lui, il devient le fournisseur officiel exclusif pour toute la France et crée un service après-vente. Il sera ainsi le fournisseur d’importantes centrales d’achat pendant près de 20 ans.

Marc aime écrire, mais c’est avant tout un passionné de musique et il a souvent organisé des soirées pour des amis, fort d’un matériel performant, dans lesquelles il n’hésitait pas à chanter et assurer l’animation.

La Fnac vient de référencer son livre, qu’il dédicacera également à St Roman de Cadières mercredi 9 août.

Rendez-vous donc pour les Calmettois à la médiathèque mardi 1er septembre.

Son ouvrage est vendu à la fnac ou directement auprès de l’auteur 06 31 82 72 89.

IMG_7720.JPG

IMG_7723.JPG

25 avril 2017

Lire et faire lire

On ne dira jamais assez l’importance de la lecture dans l’éducation. L’association « lire et faire lire » poursuit ses lectures depuis 2013 auprès des écoles. C’est une association de bénévoles, crée par Alexandre Jardin qui affirmait qu’un enfant qui aime lire est sauvé sur le plan scolaire, qui invite des personnes de plus de 50 ans à assurer des lectures à haute voix dans les écoles auprès de petits groupes d’enfants.

« Cette année, n’étant plus que quatre bénévoles, nous avons cessé d’intervenir en activités périscolaires, pour nous concentrer sur l’école maternelle, explique Jack, le coordinateur, qui ajoute : seule l’intervention régulière de Françoise auprès des personnes âgées à la résidence de la Gardonnenque complète nos interventions ».

Deux institutrices accueillent les bénévoles le jeudi tous les 15 jours dans leurs classes et c’est un plaisir partagé entre lecteur et enfants sur des thèmes libres ou proposé par les enseignantes.

« Nous pourrions intervenir plus souvent si on se retrouvait plus nombreux et proposer à d’autres professeurs des écoles nos services. Il est vrai que les difficultés rencontrées dans les activités périscolaires ont découragé quelques bénévoles l’an passé. Le créneau horaire se prêtait mal à la concentration. » précise le coordinateur.

Si vous avez quelques loisirs et aimez la lecture et les enfants, vous pouvez rejoindre ce groupe en contactant Jack Montbrun ou sur le site www.lireetfairelire.org, avec possibilité de suivre un lecteur sur une ou deux séances.

L’Udaf, dont dépend cette association, organise également des formations pour ses lecteurs.

Contact : J. Montbrun au 06 83 89 16 90 ou Udaf30 au 04 30 67 70 02 lireetfairelire@udaf30.fr.

lire et faire lire, udaf, la calmette

Les petits de maternelle, attentif à l'histoire que leur lit Françoise

15 juillet 2016

Claudine publie ses poèmes dans « la dame de cœur »

Portrait d'une poétesse calmettoise

Il y a 23 ans Claudine et Daniel Bruyer sont venus du Pas-de-Calais s’installer dans notre village avec leurs trois enfants. Travaillant à la poste, ils souhaitaient vivre dans le midi et se sont rapidement intégrés. Adhérents à l’APE (parents d’élèves) et surtout fans de pétanque, l'intégration a été plus facile.

Claudine a également participé à des associations, notamment à Art Création où elle a fait de la peinture sur soie. Féru de tennis de table, le couple joue souvent avec les enfants dans le jardin familial. Claudine a une autre passion, l’écriture, avec même un roman il y a quelques années.

Après sa maladie, sa rencontre avec d’autres femmes malades au Point Ligue Contre le Cancer de La Calmette lui fait comprendre l’importance de partager et de mettre des mots sur ses douleurs et sur ses peurs. Elle le fera alors à sa manière à elle, à travers des poèmes remplis d’émotion. Depuis longtemps elle écrivait des poésies et ses amis lecteurs l’ont poussée à publier un recueil dans lequel elle mêle des poèmes d’enfance aux plus récents.

«Tous ne sont pas tristes, dit-elle, la plupart sont légers et plein d’espoirs. Je n'écris pas, je joue avec les mots. J'essaie de les rendre viants comme un marionnettiste avec sa poupée. J’ai publié ces vers, comme un exutoire à la maladie, mais aussi en reconnaissance de ce que la Ligue m’a apportée, notamment la sophrologie et l’atelier «image de soi» ».

Elle s’engage à reverser la moitié de ses gains pour la recherche contre le cancer et dédicacera son livre pour «octobre rose» à Sommières et à La Calmette. On peut se procurer son ouvrage (7.90 €) sur Amazone.fr ainsi qu’au bureau de tabac où M. et Mme Tabusso l’ont mis gracieusement à la vente.

 

Contact : Claudine Bruyer 04 66 63 17 11 (le soir de préférence)

ou sur https://www.amazon.fr/dame-coeur-Claudine-Bruyer/dp/15331...

Claudine bruyer, la dame de coeur, la calmette

Claudine bruyer, la dame de coeur, la calmette

Claudine... un peu avant

Claudine bruyer, la dame de coeur, la calmette

 

05 juin 2016

Claudine Bruyer édite son premier livre de poésies

claudine B.jpg

livre.JPG

14 décembre 2015

Fermeture de la médiathèque

fermeture biblio 15.16.jpg

La médiathèque sera fermée du jeudi 24 décembre au lundi 4 janvier 2016, 14 heures.

16 janvier 2015

Petit coin de lecture

Actuellement à la médiathèque

Pas trop accroché au Nobel de Modiano, par contre j'ai adoré le dernier Goncourt "pas pleurer".

La romancière, Lydie Salvayre, Arjona de son vrai nom, ancienne psychiatre, est la fille de républicains espagnols en exil. Elle écrit: «L'été radieux de ma mère, l'année lugubre de Bernanos: deux scènes d'une même histoire.» Ce mélange d'un français magnifique mêlé à des expressions espagno-françaises de sa mère réfugiées en France est un vrai plaisir.

Dans Pas pleurer, la romancière raconte la guerre d'Espagne vue du fond d'un petit village, et l'engagement de Bernanos aux côté des Républicains après avoir été témoin des exactions des troupes de Franco...

pas_pleurer.jpg

Dans la même période, comment ne pas parler de Lola Bensky,prix Médicis étranger

Lola Bensky, jeune journaliste pour le magazine australien Rock-Out, n’a que 19 ans quand elle se retrouve au coeur de la scène musicale la plus excitante des années 60.
Sans diplôme mais douée, trop grosse et toujours au régime, cette drôle de fille qui ne connaît rien au rock, enfant de deux survivants d’Auschwitz, armée de son magnétophone et tartinée de fond de teint, observe, écoute, écrit. À Londres, elle parle bigoudis avec Jimi Hendrix et sexe avec Mick Jagger.
À Monterey, elle échange avec Mama Cass sur leurs régimes respectifs et aborde l’amour entre filles, la drogue et l’alcool avec Janis Joplin. Un jour, elle prête même ses faux-cils à Cher…
Subtiles, drôles, personnelles, les questions s’enchaînent, dévoilant des portraits inattendus de ces dieux du rock, mais révélant surtout la quête identitaire que Lola mène inconsciemment. Épouse, mère, auteure reconnue, Lola Bensky continue à s’interroger sur ce qui fait la force d’un être humain.

Un livre étrange, drôle, qui laisse plein d'images dans la tête...

lola b.JPG

01 mars 2014

Florentine d'Alensac a dédicacé ses ouvrages à la médiathèque

Samedi 1ermars après-midi, la médiathèque était exceptionnellement ouverte pour recevoir l’écrivaine et poétesse Florentine d’Alensac, venue dédicacer ses livres aux Calmettois intéressés. Cette action s’inscrit dans les différentes manifestations, animations, stages et réunions qui préparent la mise en place du festival du cinéma rural prévu dans le village fin septembre début octobre.

Philippe Dupayage accompagnait Florentine et en a profité pour interviewer des Calmettois sur leur enfance et leur histoire dans le village.

Florentine a dédicacé ses ouvrages et s’est prêtée volontiers aux échanges avec les visiteurs, bien trop rares pour un samedi de vacances scolaires ensoleillé, le moment n’étant peut-être pas très bien choisi. Cela n’enlève rien à la qualité des discussions et à l’atmosphère chaleureuse et sympathique de ces rencontres. Quatre ouvrages de Florentine seront à la disposition des abonnés de la bibliothèque à partir de cette semaine. « Et tu entendras hurler les loups », son dernier roman, « Je ne suis qu’un chien » , « Je vous aiderai à survivre » et « plume en délire » (recueil de poèmes).

florentine d'alensac, la calmetteflorentine d'alensac, la calmetteflorentine d'alensac, la calmetteflorentine d'alensac, la calmetteflorentine d'alensac, la calmette

florentine d'alensac, la calmette

florentine d'alensac, la calmette

florentine d'alensac, la calmetteflorentine d'alensac, la calmetteflorentine d'alensac, la calmette

 

28 février 2014

Info pratique : fermeture de la médiathèque

fermeture mediatheque.jpg

25 février 2014

Samedi, Florentine d’Alensac dédicacera ses livres à la médiathèque

Samedi 1er mars, Florentine d’Alensac dédicacera ses livres (« Et tu entendras hurler les loups », « Je ne suis qu'un chien ! » ) à la médiathèque de 15 à 17 heures.

 livre 1.JPGlivre 2.JPG

 

 

 

D’autre part, dans le cadre de la préparation du Festival du cinéma rural de septembre, la réunion de travail annoncée pour la mise en place du festival, prévue vendredi 28 février à 18 h 30, se tiendra pour les participants inscrits lors de la première réunion dans la salle de l’ancienne bibliothèque, au dessus du foyer municipal. Les autres personnes intéressées qui n’étaient pas présentes lors du débat peuvent se joindre au groupe. Contact : 06 07 19 88 33 (philippe.dupayage@gmail.com).

28 septembre 2011

Encre-bleue

 L’ASSOCIATION LITTERAIRE ENCRE BLEUE

 Vous invite à rencontrer l’auteure Laurence Pourieux

 Samedi 1er Octobre 2011

De 15 heures à 17 heures 30

au siège de l’association

♥ L’ordonnance du cœur, son dernier roman ♥

Laurence Pourieux vit à Limoges, de passage dans notre belle région, elle évoquera l’un des thèmes de prédilection de ses livres : L’AMOUR.

Venez avec vos propres compositions sur ce thème ou avec un poème préféré, un texte afin de partager un moment convivial.

 Echange Questions-Réponses ♥ Lecture d’extraits de ses livres ♥ Dédicace

 Verre de l’amitié offert - Entrée libre – Réservation obligatoire par téléphone au mail

 

Association Littéraire Encre Bleue

16 rue René Cordilhac – 30190 La Calmette

(après la maison de retraite, chemin privé fléché)

fabienne-reve@orange.fr – 06.27.41.74.80

 Après le succès de : "Une vie couleur vert pays", Laurence Pourieux signe son deuxième roman.

Sorti tout droit de l'imagination de Laurence, ce livre raconte l'histoire de Sophie, la cinquantaine, en proie avec ses sentiments amoureux. L'homme de sa vie débarque alors qu'elle se croyait à l'abri de tout sentiment nouveau pour un autre homme que celui qui partage sa vie depuis trente ans...

 Entre crainte et fragilité, entre amour et érotisme, entre peine et joie, Laurence Pourieux offre à son héroïne un véritable révélateur.... il s'appelle Henri.

livre 1.jpg

21 avril 2011

L'envolée des mots

Adonis Brunet, écrivain-poète et Fabienne Rêve, auteure,

vous invitent à une lecture de poésies

 SAMEDI 30 AVRIL 2011 de 15 H à 17 H

Au 16 rue René Cordilhac à La Calmette(itinéraire fléché - à proximité de la maison de retraite)

 

encre bleue.jpg

adonis brunet.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mention d’excellence, Poésiades 2011

 

Vous aussi, venez lire vos propres compositions, votre poème préféré, venez partager un moment littéraire agréable ….autour d’un verre de l’amitié et d’un goûter. Entrée Libre

Pour plus de renseignements 06.27.41.74.80 ou fabienne-reve@orange.fr

Lire la suite

20 janvier 2011

Notre bibliothèque a 20 ans

L’âge de raison, raison de plus de lire.

Lorsque Daniel Pruvost prend en avril 2009 la suite d’Anne-Marie Martin, pour s’occuper de la bibliothèque municipale, il n’imaginait pas que ce serait autant prenant, et aussi passionnant.

délib bibliothèque.jpgEn février 1991, le conseil municipal décide de créer un fond bibliothécaire pour la commune. Inauguré le 9 novembre de la même année, cet espace est confié à Mme Alice Vignaud qui s’en occupera pendant plus de dix ans.

 

 

 

 

 

 

biliotheque inauguration 001.jpg

«  Un challenge formidable, pendant toute cette période, j’ai partagé cette passion avec tous ceux qui aiment lire, adultes et enfants. Certains d’entre eux m’indiquaient souvent quel ouvrage acquérir en fonction de leurs intérêts. Surtout, c’est l’échange avec les instituteurs et institutrices des écoles qui restent mon meilleur souvenir. On recevait les classes en roulement tous les après-midi. Parfois je préparais des dossiers, livres et encyclopédies, pour des groupes d’écoliers, qui venaient le mercredi faire des recherches pour un devoir particulier. C’était vraiment formidable » nous confie avec un peu de nostalgie Mme Vignaud aujourd’hui à la retraite.biblio 5 ans 001.jpg

Aujourd’hui, M. Pruvost a terminé d’enregistrer la « bibliothèque active » dans la mémoire de son ordinateur avec l’objectif de réunir sur un portail internet les ressources des bibliothèques de l’agglo. Cela permettra de consulter directement les livres exposés sur site. Il reste encore à informatiser tous les livres en stock qui dorment dans les armoires et ne sortent qu’à la demande.

S’il est possible pour l’instant de réserver un livre de la bibliothèque de prêt de Nîmes (BDP), avec malheureusement des délais de livraison assez longs, il est seulement permis de rechercher un ouvrage sur le site de Nîmes métropole*, mais on ne peut le commander à La Calmette. La seule solution alors est de s’adresser directement à la bibliothèque qui le détient.

Pour 3 euros par an et par famille, les calmettois et habitants des villages voisins peuvent emprunter des ouvrages (jusqu’à 3 par personne). Un coin enfant a été aménagé pour permettre aux plus jeunes de venir, le mercredi après-midi notamment, lire sur place livres et BD.

 

DSCF4374.JPG

 

 

Bientôt, la bibliothèque sera accessible aux personnes à mobilité réduite, quand les travaux seront terminés. En attendant, la mairie envisage de proposer un « portage à domicile » pour les personnes âgées et handicapées. « Les modalités restent à définir, mais ça ne devrait pas tarder » nous précise Mme Cazalet-Vandange (première-adjoint chargée de la culture).

DSCF4369.JPG

 

 

La bibliothèque propose 4500 livres et magazines à ses 191 inscrits dont 44 viennent des villages voisins. En 2010, 508 adultes et 345 enfants sont venus retirer 2652 ouvrages.

DSCF4373 (2).jpg

 

 

 *http://nimes-metropole.fr, aller dans « organiser un espace de vie », puis « culture et traditions régionales », cliquer ensuite sur « Découvrez le catalogue des médiathèques » et le nom du livre dans la fenêtre de recherche « ouvrage ».

11 septembre 2010

UN VILLAGE DU GARD-GENS ET PAYSAGES-

Je vous avais récemment parlé de cet ouvrage.

Une Vente Signature est organisée le

18 septembre

de 10 à 13 heures au Petit Verger de La Calmette pour le livre UN VILLAGE DU GARD-GENS ET PAYSAGES-

Ce livre essentiellement consacré à La Rouvière est la mémoire collective "d'un village de passion ou la raison l'emporte"et dans lequel les thèmes abordés sont communs à la plupart des villages de la Gardonnenque.

livre page princ.jpg
Cet ouvrage vient de paraître

Dans ce livre, vous retrouverez l’atmosphère des petits villages typiques du Gard, sis entre Cévennes et Camargue, pleins de chaleur et de passion.

 

 

Ouvrage collectif coordonné par Claude PHILIP

Franck Gébelin, disparu en 1975, avait entrepris d’importantes re­cherches sur l’histoire de La Rouvière et représenté le village à travers de nombreux dessins et aquarelles. C’est lui qui incita Claude Philip, né à La Rouvière en 1936, à faire publier ses recherches en les complé­tant par des souvenirs plus récents.

Se joignirent à lui Jean-Gabriel Pieters, historien régional vivant de­puis plus de 40 ans au château de La Rouvière, et Jean-Marie Rosens­tein, historien également et auteur de plusieurs ouvrages.

Raymond Achilli, réalisateur résidant à La Rouvière, a accepté de photographier les lieux marquants du village.

Souvenirs, chroniques et histoire d’un petit village languedocien situé à 15 km de Nîmes, entre Cévennes et Camargue. Un livre abondam­ment illustré, riche en anecdotes, récits et documents historiques.

Gardois et languedociens, vacanciers, enseignants, généalogistes, et vous tous, lecteurs passionnés d’histoire, ce livre est pour vous !

 

livre 1.jpg
livre 2.jpg
livre 3.jpg

Sorte de mémoire collective sur La Rouvière et ses environs, ce livre retrace la vie du village des origines à nos jours. Ce voyage à travers le temps met en lumière les comportements et événements qui ont marqué ces habitants du Gard et constituent leurs racines.

La pêche en Braune, les courses de toros, l’évolution du château, les inondations, l’importance de la vigne, mais aussi l’occupation romai­ne, la religion ou la Révolution sont autant de thèmes abordés.

 

livre4 photo la rouvière.jpg
Cet ouvrage est disponible (24 €) :
à La Rouvière
Maryse Salles, 23 rue Jean Moulin - Tél : 04 66 63 17 43
à Saint-Géniès-de-Malgoirès
Georgette Roussel, 5 route de Nîmes - Tél : 04 66 81 67 88
par commande (+ 5 € de frais de port)
Claude Philip, 2 rue de la Mairie - 30190 La Rouvière
Tél : 06 83 55 66 84 - claude.philip268@orange.fr

09:12 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : village, la rouvière |  Facebook |