Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 novembre 2014

Paru sur Midi Libre d'aujourd'hui

ml28.11.14.JPG

et en page "sports", les amis Bonzi, ...Calmettois de Lozère

28.11.14 sports.JPG

et pour finir, l'humour du jour de Man

28.11.14 man.JPG

 alors qu'est-ce qu'on choisit ? Occitanie, septimanie, Languedoc... ?

25 mars 2014

APRENEM L'OCCITAN : Isabelina au théâtre

Lundi 7 avril à 14 heures

au foyer communal de Saint-Geniès-de-Malgoirès

Ne ratez pas le spectacle occitan, pièce bilingue, donné par la compagnie Gargamela, avec Anne Clément : "Isabellina" . Ce spectacle qui retrace les figures féminines historiques dans le Languedoc est proposé aux élèves occitanistes et à tous ceux qui aiment notre langue occitane. Au collège, il y a aujourd'hui 38 élèves à St-Geniès et 77 à Brignon qui ont opté pour l'occitan.

 

13.jpg

 

L'HISTOIRE
'Est-ce qu'hier peut aider aujourd'hui à avancer ? Et est-ce que les femmes ont une âme ?
Es que ièr pòt ajudar uèi a avançar ? Es que las femnas an una arma 

(...) elle partira en voyage de reconnaissance avec sa grand-mère pour découvrir la grande aventure des femmes dans l'histoire de l'Occitanie.

Mille ans ça laisse des traces et ça ouvre des portes. Un monde d'amour et de fureur où Isabelina trouvera des raisons de continuer aujourd'hui à être une femme dans la vie qu'elle construira.

Beaucoup de rêves peut-être mais ces femmes ont réellement existé alors (...)

(...) tirarà un camin de reconeissença amb sa mameta per descobrir l’aventura bèla de las femnas dins l’istòria d’Occitània.
Mila annadas aquò trauca de regas e aquò dobrís de portals. Un mond d’amor e de ràbia ont Isabelina pescarà las rasons de contunhar uèi a èsser una femna dins sa vida que bastirà.

Fòrça sòmis benlèu mas aquelas femnas an vertadièrament viscut alara (...)

 

"Un grand voyage qui vous fera découvrir tout ce qu'on vous a caché. Beaucoup de plaisir à suivre Isabelina et sa grand-mère dans leur retour vers leur cité quelque part en Occitanie.

Musiques, couleurs, rire, violence et tendresse seront au rendez-vous."
Anne Clément

GARGAMELA Théâtre
BP 58
- 30170 Saint Hippolyte du Fort
Tél : 04 66 77 92 57 - 

Mail : gargamela.theatre@wanadoo.fr

22 novembre 2011

Les lotos vont commencer

lotos,la calmetteLe calendrier des lotos 2011 de La Calmette au foyer

loto 5 plein la main.jpg

Dimanche 27 novembre : loto de la paroisse, à 15 heures

loto 8.jpg

Samedi 10 décembre : Les Acros du rock (heure à préciser)loto 10.jpg


loto 11.jpg

 

loto 13.jpg

Dimanche 11 décembre : loto de l'APE (association des parents d'élèves), heure à préciserloto 20.jpg



loto 22.jpg







loto 30.jpg

Dimanche 18 décembre : loto de Dans'Amor, heure à préciserloto 31.jpg




loto 51 plein la main.jpg







Samedi 24 décembre : loto de ? à préciser.


 

loto 69.jpg

Samedi 7 janvier 2012 : loto du Rocher, horaire à préciserloto 75.jpg




loto 90.jpg




24 juin 2011

Les rues de La Calmette N° 18

La place du griffe

En 1888 Hilaire Gondret est élu maire de La Calmette. Nous reparlerons de lui puisqu’une rue porte son nom. Le quartier du fort a probablement déjà une fontaine dont l’eau est tirée d’un puit, mais le nouveau maire entreprend de doter le village d’une eau de meilleure qualité car « les puits dont les eaux sont chargées de sulfate de chaux et par conséquent impropres aux usages domestiques » nécessitent des travaux de recherche et de captage d’eau potable. Ce sera fait par M. Rossin, ingénieur hydraulicien aux sources de la vallée du lac (autre note prévue… pour le chemin du lac).

Il va en outre doter le village de multiples fontaines dont une monumentale sur la place de l’église et une très jolie dans le fort. Installée sur la petite place centrale, ce « griffe » y donnera naturellement son nom.

Les nouveaux habitants un peu curieux s’étonneront de voir ainsi nommée une place devenue un affreux parking alors que celle où est actuellement placé le griffe porte le nom de place de l’ancien hôtel de ville. Il faut comprendre qu’une municipalité précédente a pris cette décision pour désengorger- peut-être- la rue des remparts trop pleine de voitures… Le résultat n’est pas des plus heureux même s’il faut reconnaître que la fontaine est aujourd’hui mise en valeur. L’eau y coule d’ailleurs à nouveau…« Où trône une fontaine monumentale, un Griffe, que toute commune se plaît à détenir, puisque symbole de richesse »

 

La place du Griffe en 1909 et aujourd'hui :

P3058314.JPG
Encore un affreux parking à la place d'une jolie fontaine ...
 au coeur du vieux village qu'on appelle "le fort"!
place du griffe 1900.JPG

Pourquoi ce nom de « griffe » ? de l’occ. Grifol, signifie source, fontaine.

"Ce sont les croisés qui ont ramené du proche Orient le goût de des animaux imaginaires. De l'Egypte ils ramènent au début du 12e siècle le fameux Grifone qui est exposé à Pise. Sa renommée se répand rapidement dans toute l'Europe. Les artistes et les artisans rivalisent dans l'art de faire des Griffons qui est devenu une source intarissable d'inspiration; c'était beaucoup mieux qu'un Lion et le Griffon était dans l'air du temps. Toute commune qui se respectait voulait avoir son Griffon sur la place centrale.

Relier le nom de la "fontaine (publique)" dans un village à une sculpture volée aux Egyptiens pendant une Croisade du 12e siècle, c'est exactement ce qui me plaît. Cela fait rêver." (sources : Dictionnaire Étymologique Occitan de Robert A.Geuljans)

P1141954.JPG
Le "griffe" à son nouvel emplacement, place de l'ancien Hôtel de ville

 

 

22 juin 2011

Les rues de La Calmette N° 16

 

Impasse Massillan

Le hameau englouti de Massillan.

Dévasté en 1403 par une violente crue du Gardon, le hameau de Massillan, partie intégrante du village de La Calmette avec celui de l’Estouzen ou Estauzen, se situait entre le mas de l’Habitarelle et le mas Blanc.

On peut sans grand risque d’erreur penser qu’en septembre 1403 la rupture du pont de Lézan a entrainé la rupture du pont de Boucoiran (plus proche alors de Ners que de Boucoiran), libérant d’un seul coup une énorme vague qui allait tout emporter sur son passage. A noter que le pont médiéval construit en 1174 et détruit en 1403 (moins de deux cent ans) de Ners  n’a été reconstruit que cinq siècles plus tard…(sauf qqes années en 1826 un pont en bois de sapin emporté par la crue de 1934), en 1840 avec les débuts du chemin de fer. Jusque-là on passait en barque ou à guai.

Plusieurs auteurs nous parlent de ce hameau : M.A.Bernardy (« en remontant la Gardonenque »), P. Merle, médecin à St Drezery (« notice historique sur le village de La Calmette »), Jules Bonnet (« souvenirs de l’Eglise réformée de La Calmette ») et M.Y.Chassin du Guerny (« inventaire du chartrier de Castelnau »).

En 1371 avait eu lieu un bornage entre les juridictions de ST-Chaptes, La Calmette et Massillan, Saint-Geniès de Malgoirès et Sauzet. La crue dévastatrice allait remettre tout en question, après avoir rendu inexploitables les terres recouvertes de graviers stériles. Le déplacement du lit du Gardon faisait passer sur la rive gauche des terres auparavant à droite. Les querelles, contestations et procès qui s’en suivirent entre les villages durèrent très longtemps. Le compoix de La Calmette ne fut établi qu’en 1537. « Per lou counsouls de La Calmette, item : uno terro en Massillan entre dous Gardons…counten cen ses teirades ». Le fait que le compoix situe ces terres entre deux Gardons laisse à penser aux changements du lit du Gardon qui devait former une île.

En 1655 un procès entre la Dame de Fabrique et le sieur Folquier (ayant droit du sieur de Valfons), en 1675 les habitants de Saint-Chaptes remettent en cause les bornages, en 1680 Etienne Mathieu avocat à Nîmes, achète la métairie du Mas Blanc au sieur Dumas qui possédait aussi l’Habitarelle de Massillan.

Au XVIIIe siècle, le nom de Massillan apparait. Par lettres patentes de septembre 1764, Louis Mathieu de Valfons obtient le titre de Marquis de La Calmette et Massillan et peu de temps avant la Révolution, Louis-Castor de Mathieu, abbé de Massillan et abbé de La Calmette, est grand vicaire de Cambrai…

  Un petit pont médiéval

Un petit pont médiéval en ruine, sur un chemin qui conduisait de Saint-Chaptes à Massillan vers Saint-Geniès, dont il ne reste que quelques blocs de ciment et pierres dans les lônes (bras mort du Gardon) au milieu des vigères (du languedocien vigé qui désigne l’osier planté pour s’opposer à l’érosion fluviatile), atteste de la vitalité de ce hameau.

« En aucun point on ne décèle une forme qui puisse évoquer l’amorce d’une arche ». Il est donc probable que ce petit ouvrage était composé de pièces de bois plus faciles à remplacer après les inondations.

 Informations recueillies dans les ouvrages cités en réference dans l'article, mais surtout dans les mémoires de l'académie de Nîmes : "PONTS ET BACS EN GARDONENQUE ET LE HAMEAU ENGLOUTI DE MASSILLAN" du Docteur E. Drouot.

 

massillan,impasse de massillan,le hameau englouti de massillan,e. drouot,la calmette

 

massillan,impasse de massillan,le hameau englouti de massillan,e. drouot,la calmette

L'actuelle Habitarelle de Massillan, seul vestige de l'ancien hameau (photo Google)

massillan,impasse de massillan,le hameau englouti de massillan,e. drouot,la calmette

 

 

 

21 janvier 2011

Va ploure, lou trauc de la dona es tapat !

Les vieux Calmettois(es) reconnaîtront là une expression typiquement calmettoise pour expliquer comment ils prevoyaient qu'il allait pleuvoir.... et ils ne se trompaient pas beaucoup.

Car les paysans savaient regarder et interroger la nature. Or il y a au nord du village un coin particulier entre le mont Lozere et le guidon du Bouquet (ici on dit le "Bouquet' simplement), qui devient invisible lorsque la brume nous cache cet horizon... une brume annonciatrice de pluie à venir.

Les anciens disaient alors qu'il allait pleuvoir, le "trou de la dame" est bouché, en patois : Va ploure, lou trauc de la dona es tapat !

Ah ! qu'en langage fleuri nos anciens savaient dire les choses de la nature !

P4180538carrière la calmette.JPG

(Le Mont Bouquet au loin)

31 décembre 2010

Papet, on va manger chez Mado ?

Connaissez-vous le site vraiment passionnant tenu par Georges Mathon : Nemausensis.com.

J'y ai trouvé cette histoire savoureuse, que je vous propose avec sa traduction dans la suite de la note si vous ne comprenez pas notre patois : 

Une page, en patois local,

écrite et racontée par notre ami Maurice Fraysse.

 ***

   

L’autre jour ma pichote me digué :

 « Papet, on va manger chez Magdo, emmène moi chez Magdo. »

 M’a fa veïre lou camin é l’aï emména manja « chez Mado ». Maï, couquin, aï esta conntent dou viaje !

M’an adu un sanviche qué, bade qué badaras, moun dentier ere pas proun gran ! « Pichote, de qué i a tant aqui dédins ? »

« Eben, me digué ma péquélette, c’est du painaméricain avec un bifetèque aux hormones, des tomates aux géhèmes et du kécheupe ».

 

« O fan de pié ! Podé pas manja aco, aï jamaï manja tant de saloupa¨é. Vole pas manja des hormones, des géhènes des kécheupes et des américounïé ».

« Mais, papet, ça se passe comme ça chez Magdo »

Aho ? é déqué se bèn amé tout aco, de Coste dou Rosé ? »

« Non ! tu peux choisir entre du caca - cola et de l’eau avec un coquetèle de chlore et de nitrate ».

 

« O couquinasse ! Mont’eï aquèle Mado qué i é digué dous mots ! Eben la Mado l’aï pas viste. M’en fa un tas de conté e de gran discours que i aï ren coumpres, mais la Mado, l’aï pas viste. Crese que a tant vergougno de sa biasse que voou pas sourti de darrié si fourneu.

Tan ben, ma pichotte a esta countente : i an baä un arleri, une counnaïé, un pokémon, crèse.

Alors i aï dit a ma péquélette :

« Vuole pus entendre parla d’aquele sartan de Mado que voou empouisonna, lou cos que ven annem manjà chez José Bové

 

 

Lire la suite

09 février 2009

Une poulide istôri de chez "Mado"

C'est un site vraiment passionnant tenu par Georges Mathon : Nemausensis.com.

J'y ai trouvé cette histoire savoureuse. Je vous la propose et l'ai traduite dans la note précédente si vous ne comprenez pas notre patois : 

Une page, en patois local,

écrite et racontée par notre ami Maurice Fraysse.

 ***

   

L’autre jour ma pichote me digué :

 « Papet, on va manger chez Magdo, emmène moi chez Magdo. »

 M’a fa veïre lou camin é l’aï emména manja « chez Mado ». Maï, couquin, aï esta conntent dou viaje !

M’an adu un sanviche qué, bade qué badaras, moun dentier ere pas proun gran ! « Pichote, de qué i a tant aqui dédins ? »

« Eben, me digué ma péquélette, c’est du painaméricain avec un bifetèque aux hormones, des tomates aux géhèmes et du kécheupe ».

 

« O fan de pié ! Podé pas manja aco, aï jamaï manja tant de saloupa¨é. Vole pas manja des hormones, des géhènes des kécheupes et des américounïé ».

« Mais, papet, ça se passe comme ça chez Magdo »

Aho ? é déqué se bèn amé tout aco, de Coste dou Rosé ? »

« Non ! tu peux choisir entre du caca - cola et de l’eau avec un coquetèle de chlore et de nitrate ».

 

« O couquinasse ! Mont’eï aquèle Mado qué i é digué dous mots ! Eben la Mado l’aï pas viste. M’en fa un tas de conté e de gran discours que i aï ren coumpres, mais la Mado, l’aï pas viste. Crese que a tant vergougno de sa biasse que voou pas sourti de darrié si fourneu.

Tan ben, ma pichotte a esta countente : i an baä un arleri, une counnaïé, un pokémon, crèse.

Alors i aï dit a ma péquélette :

« Vuole pus entendre parla d’aquele sartan de Mado que voou empouisonna, lou cos que ven annem manjà chez José Bové

 

 

Une poulide istôri de chez "Mado"

Traduction pour mon ami Ulysse notamment de cette "jolie petite histoire de chez Mado" :

 L'autre jour, ma pitchote me digué:

L’autre jour ma petitoune me dit :

« Papet, on va manger chez Magdo, emmène moi chez Magdo. »

Papé, on va manger chez Mac Do, emmène moi chez MacDo

M’a fa veïre lou camin é l’aï emména manja « chez Mado ».

Elle m’a montré le chemin et je l’ai emmenée manger « chez Mado »

Maï, couquin, aï esta countent dou viaje !

Mais coquin ! j’ai été content du voyage !

M’an adu un sanviche qué, bade qué badaras, moun dentier ere pas proun gran ! « Pichote, de qué i a tant aqui dédins ? »

M’ont donné un sandwich que, ouvre que tu ouvriras, mon dentier n’était pas assez grand ! petite, qu’est ce qu’il y a tant là dedans ?

« Eben, me digué ma péquélette, c’est du painaméricain avec un bifetèque aux hormones, des tomates aux géhèmes et du kécheupe ».

Et bien, me dit ma petitoune, c’est du pain américain avec un beefsteak aux hormones, des tomates aux OGM et du ketchup

« O fan de pié ! Podé pas manja aco, aï jamaï manja tant de saloupa¨é. Vole pas manja des hormones, des géhènes des kécheupes et des américounïé ».

Oh Fan des pieds ! Je ne peux pas manger ça, j’ai jamais mangé tant de saloperies. Je veux pas manger des hormones, des « GM », des ketchup et des américaneries

« Mais, papet, ça se passe comme ça chez Magdo »

Aho ? é déqué se bèn amé tout aco, de Coste dou Rosé ? »

« Non ! tu peux choisir entre du caca - cola et de l’eau avec un coquetèle de chlore et de nitrate ».

 

« Mais papé,« ça se passe comme ça chez Mac Donald ! » »

« Ah ? et qu’est ce qui se boit avec ça ? un costière (ou un coup) de rosé ? »

« Non ! tu peux choisir entre coca cola et de l’eau avec un cocktail de chlore et de nitrate ».

« O couquinasse ! Mont’eï aquèle Mado qué i é digué dous mots ! Eben la Mado l’aï pas viste. M’en fa un tas de conté e de gran discours que i aï ren coumpres, mais la Mado, l’aï pas viste. Crese que a tant vergougno de sa biasse que voou pas sourti de darrié si fourneu.

Tan ben, ma pichotte a esta countente : i an baä un arleri, une counnaïé, un pokémon, crèse.

 

Oh coquinasse ! Montre moi cette Mado que je lui dise deux mots !

Et ben la Mado, je l’ai pas vue. On m’a fait un tas de contes et de grands discours que j’ai rien compris, mais la Mado, je ne l’ai pas vue. Je crois qu’elle a tellement honte de sa nourriture qu’elle n’a pas voulu sortir de derrière ses fourneaux.

 

Aussi bien, ma petitoune a été contente, elle a bu un ( ?arlésienne ou comique au sens de pas fiable ) arleri, une connerie, un pokémon, va savoir .

Alors i aï dit a ma péquélette :

« Vuole pus entendre parla d’aquele sartan de Mado que voou empouisonna, lou cos que ven annem manjà chez José Bové »

 

 

Alors, j’ai dit à ma péquélette : « Je ne veux plus entendre parler de cette (poêle à frire) espèce de Mado qui veut nous empoisonner, la prochaine fois on ira manger chez José Bové »

 

21 octobre 2008

COUPO SANTO

Voici un hymne à la gloire de la paix retrouvée et au bonheur de boire avec ses nouveaux amis...et entre Provençaux et Catalans l'histoire n'a pas été toujours tendre... si quelques gounaffiers venaient à le siffler, ça serait presque drôle ! De plus, on reste assis quand on l'entonne, connaissez-vous beaucoup d'hymne où c'est le cas ? J'aime bien aussi la petite pique sans manquer de respect aux religieux...

1er couplet

Provençau, veici la coupo

Que vous vèn di Catalan.

Adereng beguen en troupo

Lou vin pur de nostre plant.

 

1er couplet

Provençaux, voici la coupe

Qui vous vient des Catalans.

Tour à tour buvons ensemble

Le vin pur de notre plant (cru).

 

Refrain

Coupo Santo

E versanto, vuejo à plen bord,

Vuejo abord lis estrambord

E l’enavans di fort

 

Refrain

Coupe Sainte

Et versante*, verse à plein bord,

Verse à flots les enthousiasmes

Et l’énergie des forts

2 e couplet

D’un vièi pople fièr et libre

Sian bessai la finicioun ;

E, se tombon li Felibre

Toumbara nostro nacioun.

 

2 e couplet

D’un peuple ancien, fier et libre

Nous sommes peut-être la fin ;

Et, si tombent les Félibres

Tombera notre nation.

 

3 e couplet

D’uno raço que regreio

Sian bessai li proumié gréu ;

Sian bessai de la Patrio

Li cepoun email li ptiéu.

 

3 e couplet

D’une race qui regerme

Nous sommes peut-être les premiers jets ;

Nous sommes peut-être de la Patrie

Les « cepoun» et aussi les chefs.

Cepoun : le petit œil qui germe sur le cep

4 e couplet

Vuejo-nous lis esperanço

Et li raive dou jouvent,

Dou passat la remenbranço

E la fe dins l’an que vèn.

 

4 e couplet

Verse-nous les espérances

Et les rêves de la jeunesse,

Du passé le souvenir

Et la foi dans l’an qui vient.

 

5 e couplet

Vuejo-nous la couneissènço

Dou Verai emai dou Bèu,

E lis àuti jouissènço

Que se trufon dou tombèu.

 

 

5 e couplet

Verse-nous la connaissance

Du Vrai et aussi du Beau,

Et les hautes jouissances

Qui se moquent  du tombeau.

 

 

6 e couplet

Vuejo-nous la Pouesio

Pèr canta tout ço que viéu

Car es elo l’ambrousio

Que tremudo l’ome en Diéu

 

6 e couplet

Verse-nous la Poésie

Pour chanter tout ce qui vit,

Car c’est elle l’ambroisie

Qui transforme l’homme en Dieu

 

7 e couplet

Pèr la glori dou terraire

Vautre enfin que sias counsènt,

Catalan, de lieun, o fraire,

Coumunien toutis ensèn !

 

7 e couplet

Pour la gloire de la terre (du pays)

Vous enfin qui êtes d’accord,

Catalans, de loin, ô frères,

Tous ensembles communions !

21 décembre 2007

Nouvè ou Nadal ?

Nouvè c'est Noël en provencal... Nadal c'est Noël en occitan.

La proverbe dit a Nadal 'me tei parents, à Pasquo 'me toun cura ! (à Noël, avec tes parents, à Pacques avec ton curé), tant il est vrai que Noël est une fëte de famille.a23bc40cbf47ebd454f37b219e2f3af7.jpg

Lo Nadalet, c'est la semaine avant Nadal, celle où l'on se précipite pour trouver des cadeaux...et si vous avez mis dans l'eau tiède "lo blat de Santa Barba"( le blé de sainte Barbe) ou les lentilles en temps voulue, vous aurez une belle assiette de verdure pour Noël!

On va brûler lo soc de Nadal dans la cheminée... ou s'en régaler dans l'assiette...(la bûche de Noël)

448e3cc44c7b1a543564ce15205d2795.jpg

Et nos santons ? ça vient de l'occitan "santou" qui signifie "petit saint", joli non ?

09 décembre 2007

poètes cévenols

Bien aimé la fin de ce petit poème lu dans "en Gardonnenque" (journal gratuit catholique dispo chez les commerçants) :

Per laissa queste messajé,

per lous quésé fisou à l'arjen

disié à la roundo, en riguèn :

"tant qué la bourso faî tintin,

toul ou moundés ès toun cousin

quan la bourso faî flafla

déngus mai té counéi pas"

pour laisser ce message, pour ceux qui se fient à l'argent, disait à la ronde, en riant :

"tant que la bourse fait tintin (est peine)

tous le monde est ton cousin

quand la bourse fait flafla (est vide)

personne ne te connaît plus"

C'est joli, non ? fait "tintin" et fait "flafla"

21 août 2007

Voou miès estre couyoun que mairo...

"Voou miès estre couyoun que mairo

couyoun va sias joujou,

maire pouedoun vou levar"

Quand on lit "les proverbes et dictons provencaux", on découvre tout un univers savoureux à travers la "sagesse" paysanne et populaire qu'illustrent ces proverbes. On est donc un peu éloigné de la langue occitane dont je vous parle souvent mais que j'aime bien. Si j'ai été bercé enfant par le patois de mes grands-parents, j'ai été éduqué, si j'ose dire à travers le provencal ( j'ai même joué une pastorale tout en provencal à Aix).

je me permets donc cette petite transgression pour illustrer la période électorale où nous entrons et parler du "maire". S'il est un "péché sans miséricorde" dans l'univers "des stratégies paysannes défensives", c'est bien celui d'être un couillon, un "couyoun".

Et si derrière l'image dérisoire du couyoun ne s'esquisse pas celle du ravi de la crèche, avec toute l'indulgence un peu condescendante qu'il mérite, le couyoun ne serait-il pas le plus fin de tous, faisant l'âne pour avoir du foin ?

Ce maire, dont la seule différence avec le "couyoun", c'est qu'on peut le remplacer, tandis que couyoun, on le reste toute sa vie ! ("Il vaut mieux être couillon que maire   couillon, on l'est toujours     maire, on peut vous révoquer")

Lo Cometiér

On appelait souvent les gens par leur surnom, du temps de mes grands-parents, et c'était parfois cocasse. Comme dit L. Chaleil, on ne connaissait plus parfois le vrai nom de ceux qu'on avait tant habitués à appeler ainsi.

Je me souviens biens du "muet" et de bien d'autres dont je tairai les surnoms par correction pour leur famille ( je ne suis pas encore assez vieux ).

Moi, quand je travaillais à Paris, un de mes amis m'appelait souvent "la calmette", ce nom lui plaisait et ça le faisait toujours rire. Ici, on m'aurait appeler "lo Cometiér"... je dois traduire ?

(le calmettois ) parce que je suis né à La Calmette un jour d'hiver - difficile d'aller à Nîmes en ce temps-là !  et que je peux aujourd'hui passer sous la fenêtre où j'ai poussé mon premier cri, non sans quelquel émotion. Ne me demandez pas ce que j'ai crié ce jour-là, c'est trop personnel pardi, saïque !

20 août 2007

la galina a cantat, se passa quicôm

pour agrémenter ma petite note à JJ d' Uzès, je lui dirai comme disaient nos vieux : "la galina a cantat, se passa quicôm"

(la poule se met à chanter... il se passe quelque chose)

patois ou occitan ?

Enfant, j'entendais mes grands parents parler patois. J'adorais ça mais ma grand-mère a tant pesté pour que mon grand père nous parle en français " tu vas les faire gronder à l'école !" ou "ils seront derniers, c'est ça que tu veux ? qu'on se moque d'eux ?"

Faut dire que l'institutrice l'aidait bien dans cette entreprise d'interdiction de parler patois. Que de punitions ont été infligées parce qu'on confondait certains mots ou employait des expressions typiques du patois. Je ne discutterais pas ici de l'utilité ou non d'avoir imposé une langue unique dans tout le pays, ça semble évident aujourd'hui... et pourtant, fallait-il faire disparaître cette langue pour autant ? bien sûr que non !

J'ai envie de dire le "patois" et non pas l'occitan. C'est notre patois que j'aimais, le reste n'est que querelle d'expert ou de nouveaux "nationalistes" en mal de langue. Certes c'est souvent employé avec un sens péjoratif, qui comme dit L. Chaleil, signifie "langue dégradée".

Moi, j'ai envie de dire que le patois c'est la langue. C'est celle qu'on parlait. Peu m'importe qu'il y avait des disparités apportées par nos paysans de parents... c'était dégrader ou enrichir ?

Bref, c'était la langue occitane, peut-être parfois avec quelques libertés dans les mots et expressions, mais qu'elle était belle à mes oreilles ! ces oreilles que mon grand-père voulait "couper en pointes" quand il était en colère contre nous .

Je continuerai à vous donner quelques expressions dans ma rubrique "langue accitane", mais de grâce prononcer bien :

lh se prononce ill ( palha : pailla), nh : gn ( castanha : castagna), o : op, ô : o, le "r" final n'est pas prononcé... et surtout, ttes les diphtongues sont prononcées : biou, c'est pas biou, mais "bio-ou" comme quand on appelle ohouh!

ok ? (ça c'est pas patois !)

19 août 2007

meteo

"cièu motonat e femma fardada, son pas de longa durada"

(ciel moutonné et femme fardée sont pas de longue durée) entendait-on quand des cirrus ou cirro stratus egayaient le ciel bleu, signe de beau temps à venir

politesse

"revira te, as oblidat quicôm!" (ressors, t'as oublié quelque chose)"E mai li chins quand rentran boulegan la culha. As pas compres ?" (même les chiens quand ils entrent remuent la queue, tu as compris?)

pouvait-on entendre gamin si on entrait sans dire bonjour !