Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 septembre 2018

Le secret de Marcus (page 5)

Puisque les jeux sont faits... je peux vous proposer le conte que j'ai écrit pour Cont'olives. Comme il contient 10 pages (le maximum autorisé), je vous propose de le lire comme une série, une page par jour, les derniers jours du blog (midiblogs).

J'espère qu'il vous plaira autant qu'à mes lecteurs "testeurs" qui ont bien voulu le lire.

 

Le secret de Marcus (page 5)

La soirée fut bien triste à la villa où tout le monde, et surtout Julia, trop inquiète, ne pouvait se résoudre à dormir. La cena (repas du soir) dans le triclinium, où Lucia avait été invitée à se joindre au couple sur les lits, s’était déroulée dans une ambiance chagrin. Même le gustacio amené en amuse-gueules par les serviteurs n’avait pu passer.

Soudain des cris alertèrent les convives, des serviteurs criaient au dehors, ce qui n’était pas coutumier en soirée où on respectait en principe le repos des voisins. Ils se levèrent comme un seul homme et coururent pour voir ce qui se passait. Verus et Marcus arrivaient et semblaient épuisés. La joie de cette fin heureuse évita à Marcus les réprimandes envisagées, même s’il semblait évident que Verus lui avait déjà passé un bon savon !

-« Venez manger, leur dit Patricia, car j’imagine que vous n’en avez pas eu le temps. Vous nous raconterez. »

Le repas fut resservi et Marcus expliqua qu’il s’était trompé de route après son entrevue avec l’emporos, laquelle avait fini bien tard. « Pardonnez-moi père, et vous aussi maître, je n’ai rien dit car je voulais vous faire une surprise. En fait, ça s’est bien passé et j’ai reçu commande de cent amphores d’huile de l’or des oliviers de Julia, avec obligation de peindre ce nom sur les récipients, à un prix que je n’aurais même pas pu imaginer. Et l’emporos m’a promis de plus fortes commandes si comme il l’espère notre huile d’olives est autant appréciée que par lui. »

Marcus avait du mal à cacher son enthousiasme. Tiberius prit la parole : « Je t’ai déjà demandé de ne plus m’appeler maître puisque ton père et toi avez été affranchis. Ensuite, apprend à te méfier de cet emporos que je connais assez bien et surtout ne livre pas cette commande sans en avoir reçu préalablement le paiement. Par contre, c’est un marchand sérieux et s’il te propose ce prix, c’est qu’il a déjà preneur ».

Il marqua un instant le silence, et personne n’osait prendre la parole.

-« Comment comptes-tu t’y prendre d’ailleurs, dit-il enfin, en admettant que ta formule soit sûre et cette huile excellente, pour trouver les artisans capables de peindre sur les amphores le même dessin, et où iras-tu chercher une telle quantité d’olives? Il ne me semble pas que tu aies tant d’oliviers que ça à ton nom avec les quelques oliveraies que je t’ai laissées ! »

Marcus n’osait rien dire. Julia prit la parole pour venir à son aide

-« Père, je peux lui laisser mes oliveraies et quelques terres que nous planterons en plus si ce commerce marche bien. Qu’en pensez-vous ? »

-« Et comment veux-tu que je livre mes clients fidèles si toute notre huile part chez cet emporos ? Tu oublies que tes oliveraies sont celles de notre famille ? »

Devant la mine déconfite de sa fille, Tiberius se mit à rire. Alors soit, vous ferez comme vous le souhaitez. Je ne vais pas décourager cette heureuse initiative, mais je veux être le premier à goûter ce breuvage si important !

Julia se jeta dans les bras de son père et l’embrassa avec mille remerciements

-« Tout doux, ma fille, ce n’est pas à toi que je donne ces biens à gérer que je sache… que dis-tu Marcus ? »

-« Oh merci maître, euh pardon, Tiberius, je suis très heureux et ferai tout pour ne pas vous décevoir. »

Verus n’avait rien dit encore. Marcus le regarda avec interrogation

-« Eh oui Marcus, je ne dis rien. Il me semble que tu oublies que nous avons notre mot à dire, ta mère et moi, non ? »

-« Bien sûr, père, ce n’est qu’avec votre consentement que je me lancerai dans cette aventure, mais avant, il me fallait savoir si elle était réalisable. »

-« On va y réfléchir jusqu’à demain… et tu ferais bien de réfléchir aussi jusque-là mon fils avant de te décider vraiment. D’ailleurs, peut-être que tu devrais demander à Julia si elle est d’accord pour que tu utilises son nom. C’est peu commun de vendre quelque chose qui porte un autre nom que celui de son propriétaire ! Je ne l’ai en tout cas jamais vu. »

Julia fit une moue charmante et dubitative, elle semblait réfléchir … « Hum, oui en effet, je n’ai pas très envie de voir mon nom écrit partout»

Marcus la regarda, stupéfait. Elle ajouta : « Ton père a raison, je vais y réfléchir cette nuit et te donnerai ma réponse demain »

(à suivre demain)