Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 février 2018

Les camions de Nicolas Poliotto, ou le chantier de La Calmette

« Pour les amateurs de camions et engins anciens, il existe des lieux mythiques… Le chantier de La Calmette exploité pendant des années par Nicolas Poliotto, est incontestablement de ceux-là » ainsi préface en novembre 2017 JF Colombet de la revue « Charge utile » un article intitulé « Nicolas Poliotto ou l’histoire d’un homme libre ».

Christian, Sabrina et Alain Beau, ses petits-enfants, dans l’obligation de nettoyer le terrain où sont entreposées ces pièces rares de musée, organisent donc une vente aux enchères jeudi 22 février à la salle des fêtes de Russan.

Ils ont entrepris un travail dantesque pour dégager ces camions dont les noms font rêver et souhaitent à cette occasion rendre un hommage à ce grand-père hors norme qui a marqué de sa présence le village où il a vécu presque toute sa vie.

Bucheron, brocanteur, il est devenu au fil des temps récupérateur de métaux « ne me dites pas ferrailleur, disait-il, un ferrailleur ça casse, un récupérateur ça démonte et ça récupère ».

Fort comme un bœuf, il impressionnait tous ceux qui le rencontraient et était même devenu pour les enfants du village « l’ogre » dont on les menaçait s’ils n’étaient pas sages. Sa grande barbe noire faisait le reste.

Pourtant les anecdotes que raconte Christian montrent un homme généreux, toujours prêt à rendre service s’il fallait aller dégager un tracteur embourbé ou une voiture dans le fossé. Surtout, c’est son caractère tranché qui impressionne le plus les histoires que l’on raconte, si la tête d’un acheteur potentiel ne lui plaisait pas, il fermait toute discussion, mais s’il vous avait « à la bonne », il pouvait vous laisser un camion gratuitement le temps que votre entreprise marche mieux pour pouvoir le payer.

Il travaillait beaucoup avec les domaines et c’est ainsi qu’il a pu récupérer des camions mythiques qu’il entretenait religieusement. Très adroit de ses mains, il a souvent construit de lui-même les grues ou treuils qu’il montait sur tel ou tel engin.

Des Pacific, Latil, Berliet,… des dragon wagon comme disent les anglo-saxons, même un «camion» qui se démontait en deux parties pour être transporté par avion. Quel dommage que ce musée à ciel ouvert soit ressenti comme un tas de ferraille qu’il faut éliminer du paysage et les petits-enfants de cet homme hors du commun ont bien du courage de s’y atteler.

Une bien belle façon de lui rendre hommage au-delà de toute polémique et de mettre en valeur pour les esprits curieux ce qui reste d’une vie de passion. Souhaitons leur que des collectionneurs redonnent à certains de ces vestiges une deuxième vie.

IMG_9353.JPG

Christian, Sabrina et Alain devant un des "joyaux" de leur grand-père

IMG_9351 (2).jpg

Quatre phases clés pour une "reconstitution" d'un camion mythique... quel courage pour ces trois petits-enfants bien décidés à sauver le maximum de ces pièces de collection

IMG_9346.JPGIMG_9343.JPGIMG_9348.JPGIMG_9349.JPG

IMG_9354.JPG

camion polliotto1bis.JPG

camion polliotto2.JPG

affiche camions.jpg

Pour en savoir plus : christian-beau.cl@gmail.com ou 06 88 23 33 50

http://www.interencheres.com/fr/vehicules/camions-militaires-materiel-de-levage-ie_v110715.html

Les commentaires sont fermés.