Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 novembre 2017

Commémoration du 11 novembre 1918

La municipalité invite les Calmettoises et Calmettois à assister à la cérémonie de commémoration du 11 novembre 1918 à 11h 45 devant le monument aux morts samedi 11 novembre. Un apéritif sera offert ensuite à la mairie.

IMG_5500.JPG

 

8 millions de morts, 6 millions de mutilés ! quelle victoire... Pas un village de France qui n'ait son monument aux morts avec la liste de ses enfants "morts pour la France". Ne jamais les oublier ! même si on sait maintenant que la "DER DES DERS" n'est hélas qu'un voeu pieu.
 
La Calmette aussi a eu son triste lot de tués et de blessés. Qui n'a pas un parent disparu dans le bourbier de cette sale guerre ?
 
L'armistice du 11 novembre 1918 marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) entre les Alliés et l'Allemagne.
L'Armistice, c’est l’arrêt des combats dans l'attente d'un traité de paix en bonne et due forme.
L'anniversaire de l'Armistice est une commémoration essentielle de notre vie nationale, avec dépôt de gerbes devant les monuments aux morts de chaque village.
 
Le 9 novembre s'est éteint à Paris un soldat célèbre, blessé et trépané pendant cette guerre, et qui n'aura pas eu le bonheur de voir signer cet armistice. Qui était-il ? devinez donc :
 
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Atteint de la grippe espagnole, Guillaume Apollinaire meurt le 9 novembre 1918 (à l’âge de 38 ans).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.