Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 août 2017

La fête votive bat son plein

La fête a commencé jeudi soir avec 150 convives venus partager le repas de village proposé par la JFC après la première abrivado.

L’esplanade Roger Martin transformée en une grande fête villageoise autour du bar tenu par des bénévoles a ensuite résonné des rocks endiablés du groupe Replay, tellement dynamique que le concert dût s’interrompre au bout d’un peu plus d’une heure suite à une défaillance du matériel.

Vendredi 18, déjeuner à la boulangerie de Greg, apéros, abrivados avec le premier concours d’attrapaïres qui a vu triompher les Nessi, puis le défilé des paillotes venues s’affronter pour le championnat du monde de paillotes, concours de boules avec 56 équipes inscrites, et bal le soir jusqu’à plus d’heures ont consacré cette première journée de la fête avec une ambiance électrique et conviviale.

Le groupe d’anciens jeunes s’est comme chaque année installé dans un coin de la place avec tables et bancs, force apéritifs et bonne chère pour illustrer encore s’il le fallait que les fêtes votives du village réunissent tout le monde.

Et du monde, il y en avait beaucoup sur la place pour ce vendredi soir réussi avec une Jfc (jeunesse festive calmettoise), fédérée autour de Romain et Charlène, partout présente et active.

IMG_7788.JPG

IMG_7790.JPG

IMG_7792.JPG

IMG_7794.JPG

Pas toujours sans risques, les attrapaïres, mais heureusement Toto s'en tire sans trop de bobos

et les "Nessi" gagnent le 1er concours d'attrapaïres de La Calmette

IMG_7856.JPG

Suivent les paillotes de toutes les couleurs

IMG_7822.JPG

IMG_7813.JPG

IMG_7828.JPG

IMG_7832.JPG

IMG_7838.JPG

IMG_7840.JPG

IMG_7847.JPG

Les jeunes d'avant en place !

IMG_7851.JPG

et pour finir, un peu d'acrobatie pour un cavalier émérite...

IMG_7801.JPG

18 août 2017

Sur Midi libre de ce matin, 18 août 2017

Hasard du calendrier, c'est au moment où la minoterie a été détruite totalement par un incendie que sortait sur le blog et midi libre cette chronique historique qui en rappelait l'histoire... c'est bien triste de voir encore partir un des rares biens de notre patrimoine commun... ainsi va l'histoire ?

ml18.08.2017 1.JPG

Et le programme du jour de la fête votive : 

Sans titre.jpg

16 août 2017

Programme de la fête votive 2017

programme f^te.jpg

cliquez pour agrandir

 

Programme de la fête votive, la « fiesta calmettoise » les 17, 18, 19 et 20 août 2017

Dimanche 13 août 2017
Aubade à la population

Jeudi 17 août 2017
18h30: abrivado-bandido manade Lou Simbeü
19h15: apéro
20h30: repas villageois
21h30 à minuit: concert avec le groupe Replay

Vendredi 18 août 2017
9h00: déjeuner offert par la Boulangerie Pâtisserie Girard Grégory
(le déjeuner aura lieu ZAC du Petit Verger à la calmette devant la boulangerie)
11h30: abrivado-bandido Manade Lou Simbeü, concours d’attrapaïres (1ère manche)
12h30: apéritif « audiolights grand sud » (AGS) avec Jordan Benezet
15h00: concours de boules-100€ + les mises (tirage 15h30 précises)
18h30: abrivado-bandido manade Lou Simbeü, concours d’attrapaïres (2ème manche)
19h15: défilé des paillottes 2017
19h30: apéritif avec « audiolights grand sud » (AGS) et Moreli Robin & Gasby
21h30: encierro au plan manade du Moutet (sur le stabilisé)
22h30: bal avec Laurent Pepper by AGS

Samedi 19 août 2017
09h00: déjeuner offert par la JFC a La Guinguette de Dions
11h30: abrivado longue avec la manade briaux (départ de La Guinguette de Dions )
12h30: apéritif avec Jordan Benezet by ags audiolights grand sud & Brasoucade (offerte par la JFC )
15h00: concours de boules-100€ + les mises (tirage 15h30 précises)
17h00: abrivado des péquelets (le poney club du mas de Laudun)
18h00: concours de banderoles (remise des prix)
18h30: abrivado-bandido Manade Briaux
19h30: apéritif Duti et Léa by AGS
20h00: 11ème championnat du monde de paillottes
21h30: encierro au plan avec la manade lou simbeü
22h30: bal, "Ameno Summer Tour" Yannis Alonzo & Geoffrey Rancounaire by AGS

Dimanche 20 Aout 2017
09h00: déjeuner offert par le comité des fêtes de Dions à la Guinguette de Dions
11h30: longue Manade lou simbeü (départ de la Guinguette de Dions)
12h30: apéro mousse offert par AGS audiolights grand sud avec Jordan Benezet
15h00: concours de boules-100€ + les mises (tirage 15h30 précises)
18h30: abrivado-bandido Manade lou simbeü
19H30: apéritif Moreli Robin & Gasby by AGS
21h30 : abrivado-bandido Manade lou simbeü
22h30: Bal, avec Moreli Robin & Gasby by AGS

Sur midi libre d'aujourd'hui 16 août 17

 

Première partie de notre chronique sur la vie du village au siècle dernier

ml16.08.2017.JPG

 

Piano à vendre : une occasion en or

L'école de musique "la clé de sol" a dû fermer ses portes cette année.

La présidente doit solder les comptes et notamment payer les indemnités de licenciement aux professeurs, mais les finances sont limites et la vente du matériel l'aideront dans cette démarche. 

Non seulement c'est une occasion en or, mais c'est aussi une occasion de faire un geste pour aider à la résolution... donc, ami musiciens, n'hésitez pas à la joindre au 04 66 81 05 28

Piano numérique à vendre.jpg

15 août 2017

Sur votre journal de ce 15 août 2017

ml 15.8.17.JPG

ml15.08.2017 1.JPG

ml15.08.2017 2.JPG

13 août 2017

Le feu a détruit entièrement l’imposante minoterie à l’entrée du village

Le feu s’est déclaré dimanche 13 août vers 15h 40. Un important incendie qui a détruit entièrement l’immeuble de quatre étages, ancienne menuiserie Vincent. Le feu a dû partir de l’intérieur, ce que confirme le capitaine Dussere venu diriger les opérations des pompiers

« L’immeuble est parti en torche, d’autant qu’il y avait de la paille au rez de chaussée, qu’il y avait des meubles à l’intérieur et des machines, dont il ne reste rien. Tous les planchers étaient en bois, ce qui a aggravé le sinistre, le toit s’est littéralement effondré. Même d’importantes fissures semblent être apparues sur les murs ».

Les pompiers de Saint-Geniès sont venus avec la grande échelle et continuaient à arroser l’immeuble le soir à la lance à incendie à 21 heures. Ils ont tenté de préserver les deux maisons attenantes. Fort heureusement l’immeuble n’était pas habité depuis les dernières inondations.

pompiers 1.jpg

IMG_7765.JPG

IMG_7769.JPG

IMG_7777.JPG

Sans paroles... les sourires de suffisent

sourires de l'aubade.jpg

Avec l'aubade, les festivités sont lancées

Comme chaque année, les jeunes qui ont réussi à se lever se sont joints ce dimanche 13 août à la JFC (Jeunesse Festive Calmettoise) pour la traditionnelle aubade à la population qui marque le début des festivités à venir.

IMG_7750.JPG

Cette fois, ils avaient préparé, quelques jours avant, les petits sachets de biscuits, offerts par Greg le boulanger, pour les remettre avec l'empègue, réalisés au pochoir autour des portes des Calmettois qui leur faisaient bon accueil.

IMG_7758.JPG

IMG_7763.JPG

Toujours aussi dynamiques, ils sont passés en musique dans toutes les rues du village, et certaines piscines s'en souviendront encore... même si l'eau n'était pas très chaude malgré le beau soleil. IMG_7737.JPGIMG_7738.JPGIMG_7739.JPGIMG_7740.JPG

Accompagnés par Charly et son tracteur, fidèle au rendez-vous, leur DJ préféré, grimpé dans la remorque faisait entendre de loin la musique pour que les habitants ne les manquent pas. Les aubades sont une tradition des fêtes votives des pays de la Petite Camargue. Au début du XXe siècle, il s’agissait de fêter le départ pour le Service National des jeunes hommes qui venaient d’avoir 18 ans, c’était les conscrits de « la classe » (la classe d’âge). Les aubades continuent toujours, bien que la conscription n’existe plus, aujourd'hui ce sont les jeunes qui organisent la fête votive qui la font pour recueillir quelques fonds supplémentaires.

aubade 2017,aubade,empègue,jfc,la calmette

aubade 2017,aubade,empègue,jfc,la calmette

IMG_7762.JPG

Le sourire du jour, avec une belle empègue sur le ventre pour encore plus de charme

12 août 2017

sur midi libre aujourd'hui

ml12.8.2017.JPG

Vous appréciez nos infos mais vous ne lisez pas midi libre : abonnez-vous

Recevez gratuitement (livraison) votre journal tous les matins en bénéficiant d'une réduction grâce à l'abonnement via votre correspondant de presse local.

proposition abonnement.JPG

Abonnements midi libre.JPGmodèle d'abonnement.2.JPG

11 août 2017

La vie à La Calmette au début du siècle passé... petite promenade dans notre histoire

La vie au village, il y a un siècle

La crise agricole et la création d’une cave coopérative

La crise agricole frappait de plein fouet les viticulteurs du village, comme tous ceux du midi de la France. La mévente du vin due en partie à une surproduction inquiétait les paysans et la municipalité demandait (et obtiendra) la prime pour la distillation des vins. Deux distilleries seront ouvertes.aux vendanges - porteur.JPG

L’idée de se mettre en coopérative, comme à Maraussan, où la coopérative de vente fut la première à juger nécessaire de mettre en place une vinification commune en construisant un bâtiment spécifique (1905) germait dans toutes les têtes. Cette initiative avait été saluée par Jean Jaurès avec des mots restés célèbres « Mettez ensemble vos volontés, et, dans la cuve de la République, préparez le vin de la Révolution sociale! » (« Dins la tina de la Republica, preparatz lo vin de la Revolucion sociala ! ».cave.jpg

Le maire de l’époque, le comte Henry de Valfons, avocat, se déclara prêt à donner le terrain (moyennant un nombre conséquent de parts de cave) si tous se mettaient au travail. L’affaire fut entendue, et la coopérative devint réalité. Les hommes fournirent matériaux, transport et travail pour ériger ce bel immeuble, symbole de coopération des hommes quand la situation est grave. Sur le principe « un homme, une voix », quelle que soit l’importance des terres, est né le plus bel exemple de solidarité que notre pays a connu. Les maçons montaient les pierres à dos d’homme avec un ingénieux système qui leur permettait d’en porter deux par l’échelle à la fois (une devant et une dans le dos).cave coopérative.jpg

Au café, on vend le vin « à l’heure » pour écluser la surproduction. Un arrêté municipal (février 1902) impose la fermeture des débits de boisson à 11 heures et à toute personne vaquant dans les rues la nuit tombée d’être munie d’une lanterne allumée. Obligation de montrer son visage si la police interpelle et de dire son nom. (Ce n’est qu’en janvier 1923 qu’un emprunt sera lancé pour éclairer les rues à l’électricité).

Une foire à bestiaux fut créée également en juin 1904.

A cette époque, la circulation des automobilistes et cycles était limitée à 8 km/h dans la traversée de la commune. Pierre Marius Peloux, garde-champêtre, veille, de même qu’il surveille que l’interdiction de dépôt d’ordures le long des murs de la voie publique soit respectée.l'école.jpg

L’école des garçons comportait 46 élèves après la fermeture de l’école privée congréganiste, qui n’avait alors plus que 8 élèves. La municipalité demande (et obtient) alors à l’inspection d’académie et au préfet de conserver l’instituteur-adjoint.

En février 1904, Henri Martin, fabriquant de chaux (de très bonne qualité dans la commune) déclare l‘incendie de son mazet plein de bois au quartier de la Roque.

La création d’un établissement de grainage perfectionné montre que la sériculture est encore florissante.berger (pere Bechard).jpg

les foins 3.JPGcharettes 2.JPGLes paysans, outre l’indispensable cheval de trait, ont tous un cochon, des poules et des vaches et il y a plusieurs troupeaux de moutons dans le village. Pour la fête votive, tous amènent leurs charrettes pour établir une arène en rond sur la place… et les taureaux sautaient parfois, à la grande frayeur des habitants et du manadier.

La location du presbytère au curé Dussaud

Une anecdote intéressante nous est rapportée en février 1907, la commune accorde au curé Dussaud un bail annuel de 10 francs pour le presbytère. Le préfet annule cette décision, considérant que la valeur locative du presbytère est de 190 francs et que « La République ne reconnaît ni ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Novembre 1907, les inondations font de gros dégâts dans certaines propriétés, et notamment chez Henri Etienne Vidal.

La poste et la minoterie

Août 1909, la minoterie emploie de nombreux salariés ; Un bureau de poste et télégraphes est implanté à La Calmette qui sera géré par un facteur-receveur considérant « qu’une grande minoterie s’est établie dans la commune, dont le fonctionnement et le trafic rangeront la localité, au point de vue commercial et industriel comme un des plus importantes du département… ». la minoterie 2.jpgL’achat de la maison Verd ayant été annulé, la commune décide la construction du bureau de poste avec emprunt (10 000 francs) dont l’adjudication est accordée à Auguste César. La commune s’engagera ensuite à fournir gratuitement le local à la poste (fonctionnement du service et logement du titulaire) pendant 18 ans (Conseil Municipal du 4.12.1912).

10 août 2017

Sur midi libre de ce jeudi

Pour ne pas oublier de s'inscrire au repas du village avant le 13 août chez Greg le boulanger

ml10.08.2017.JPG

09 août 2017

Sur midi libre de ce mercredi

 

une ml.JPGml09.08.2017.JPG

 

08 août 2017

Sur Midi libre d'aujourd'hui

une ml.JPGml08.08.2017.JPG

06 août 2017

Delphine, Lucie et Julie ont lancé leur Food truck « Vas’y »

Trois sœurs, passionnées de cuisine et avec l’envie de se lancer dans une aventure passionnante ont ouvert leur « food truck » depuis quelques jours sur La Calmette et villages environnants.

Delphine Sanchez vit à Moussac depuis deux ans et a travaillé dans la restauration, notamment à Londres. Elle a un petit garçon de 15 mois.

Lucie vit depuis deux ans à La Calmette et a toujours été une cuisinière dans l’âme même si elle a passé un BEP de secrétariat qu’elle a exercé 3 ans avant de partir en Aveyron après son divorce où la cuisine l’a rattrapée, elle a un garçon et une fille scolarisés à La Calmette.

Julie, la troisième sœur, les a rejoint pour s’occuper des livraisons après avoir essentiellement travaillé dans l’hôtellerie.

« On a mis bien un an à se préparer, effectuer toutes les démarches, obtenir les autorisations, acheter le camion et le transformer avec l’aide de parents et surtout de tonton Glenn. Pour le remercier, on a d’ailleurs donné son nom à l’un de nos burgers. Sans oignons, car il ne les aime pas », ajoute Lucie en riant.

Leur ambition est d’être certains jours par semaine dans trois villages différents en livrant autour :

Samedi et dimanche soir (parking Espinasse) La Calmette, livraison St-Chaptes et Dions ;

jeudi soir à La Rouvière, livraison St-Geniès et

vendredi soir à Moussac, livraison Brignon.

En même temps elles se proposent pour des soirées privées en assurant la restauration de l’apéro au dessert.

« Nous proposons des burgers entièrement fait maison avec des produits frais, assure Delphine, et on utilise un pain créé spécialement pour nous par Greg le boulanger calmettois, qui est un délice. »

On peut suivre leur déplacement sur facebook (https://www.facebook.com/foodtruck.vas.y/?pnref=story)https://www.facebook.com/foodtruck.vas.y/?pnref=story

ou commander par téléphone au 06 84 94 97 36.

soeurs sanchez, lucie, food truck, la calmette

Les trois soeurs assurent et proposent des produits frais avec le sourire

Adieu Paulette

Paulette Martin, qui a longtemps vécu à La Calmette s'est éteinte à l'âge de 90 ans. Les obsèques auront lieu demain à Lédignan à 11 heures au temple.

Toutes nos condoléances à sa famille

deces.JPG

05 août 2017

Marc Rode signe son premier roman

Quand un ancien dirigeant de SOC (Sport Olympique Calmettois) écrit un premier roman policier, il ne peut pas ne pas venir le dédicacer dans notre commune. Marc Rode sera donc présent le vendredi 1er septembre à 18 h 30 à la médiathèque, où il convie tous ses amis à partager un apéritif convivial après la dédicace de son ouvrage «Meurtre à Saint Cros».

A travers ce roman écrit dans un style bien à lui, Marc nous entraine dans une histoire située entre nos garrigues et les secrets du Vatican, après qu’ait été découvert le corps d’un homme assassiné dans l’église désaffectée de Saint Cros (village imaginaire de l’Hérault) qui se révèle être un prêtre responsable Interpol du Vatican.

Marc est né à Alès, puis a vécu son enfance à Montpellier. A 16 ans il entre en entreprise pour passer ses diplômes de chauffagiste en apprentissage et se retrouve conducteur de travaux à 25 ans.

Il s’installe comme chauffagiste à Saint-Anastasie après son mariage en 73 pendant 6 ans environ, période où il s’occupe (avec Raymond Montbrun) des minimes, cadets puis juniors du SOC, sous la présidence de M. Welland, avec André salles et André Barral pour les séniors. A cette époque en effet, l’ACSEM, (association culturelle et sportive pour enfants mixte), un peu l’ancêtre de nos associations, a décidé de passer le relai du foot au SOC.

Très actif socialement, c’est aussi le temps où Marc est secrétaire général des DDEN du Gard (Délégué départemental de l’Education Nationale).

Sollicité par la société qui fournissait le matériel, il accepte de changer d’orientation et d’en devenir le commercial, crée un département chauffage à Montpellier, puis les usines faisant appel à lui, il devient le fournisseur officiel exclusif pour toute la France et crée un service après-vente. Il sera ainsi le fournisseur d’importantes centrales d’achat pendant près de 20 ans.

Marc aime écrire, mais c’est avant tout un passionné de musique et il a souvent organisé des soirées pour des amis, fort d’un matériel performant, dans lesquelles il n’hésitait pas à chanter et assurer l’animation.

La Fnac vient de référencer son livre, qu’il dédicacera également à St Roman de Cadières mercredi 9 août.

Rendez-vous donc pour les Calmettois à la médiathèque mardi 1er septembre.

Son ouvrage est vendu à la fnac ou directement auprès de l’auteur 06 31 82 72 89.

IMG_7720.JPG

IMG_7723.JPG

Sur midi libre aujourd'hui

ml5.8.17.JPG

Et aussi, le retour des nouveaux "cultivateurs" dans notre village ?

Capture.JPG

03 août 2017

Sur Midi Libre d'aujourd'hui

midi libre 001.jpg

02 août 2017

Emilie et Damien se sont dit oui

Samedi 29 juillet 2017 à 17 heures, Emilie Capello et Damien Monleau se sont dit oui à la mairie de notre village pour une vie à deux mûrement réfléchi après 20 ans de vie commune, sous les yeux de leurs enfants Ethan et Eden, et de toute leur famille réunie à l'occasion. Damien est le fils de Brigitte et de Gérard Monleau, Emilie la fille de Marilyn et Raymond Capello et ils étaient très fiers d'eux.

Tous nos vœux de bonheur aux nouveaux époux.

20170729_174216.jpg

01 août 2017

Le coup de foudre qui cloche

Mardi 1 août, à 11 heures du matin, le glas a sonné au clocher de notre église.

Un Calmettois ou Calmettoise serait donc décédé sans qu'on l'ait su ?

Votre correspondant de presse s'en est bien sûr inquiété, soucieux d'en informer les habitants du village. Bonne nouvelle, notre commune a toujours le même nombre d'habitants... Il s'agissait seulement d'un essai effectué par le réparateur, venu remettre en état le système qui fait sonner les cloches, touché à nouveau par la foudre en juillet et qui depuis était devenu un peu fou.

On devrait donc rapidement retrouver le rythme des heures sonner au clocher du village.

cloche coup de foudre.jpg

Petite précision historique, complémentaire des infos déjà proposées dans l'article précédent sur les cloches :

15.1.1815

Décision du conseil municipal :

Achat d’une cloche d’un poids de 325 kg  « Attendu que nous avons un monarque très chrétien qui nous a apporté la paix et mis fin aux réquisitions qui nous accablaient… que la commune est composée de mille habitants dont les 4/5e sont catholiques, que l’église est située hors du village, que les membres de la fabrique ont souvent demandé dans leur budget  l’achat d’une cloche … Considérant combien il est utile et honorable d’avoir une cloche dans une commune si considérable…face à l’indécence qui frappe les yeux des passans (sic) et de nos concitoyens voisins, de voir une si grande commune se servir d’une petite clochette de cinq à six francs »

 

Savoureux, non ? même si bien sûr, ce n'est pas la cloche actuelle qui est moins ancienne (cf. articles précédents)