Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 juin 2017

La mort dans l’âme, Francine ferme l’école de musique

Arrivés de Belgique en France en août 2000, Francine Gérard et son mari Emile s’installent à La Calmette pour leur retraite. Ils avaient déjà un pied-à-terre à Méjannes le clap et connaissaient bien la région.

Enseignante comme professeur de maths et sciences éco en Belgique, Francine a toujours été une femme active et bénévole. Elle s’est notamment occupée de recevoir des étudiants étrangers en leur cherchant des familles d’accueil, a passé des diplômes tout en élevant ses deux enfants, dont un d’œnologie-sommellerie et un de traiteur-organisateur de banquet qui lui feront passer 600h de stage dans un restaurant étoilé. "J'ai animé pendant 3 ans une radio libre «agora» et j’ai même gagné une coupe en tennis de table » dit-elle en riant.

Ce besoin d’être utile la fait participer ici à l’école des devoirs depuis sa création, à une chorale (la gajanaise) et surtout à la musique.

Ayant fait du piano à son adolescence, elle s’y remet en s’inscrivant comme élève à la clé de sol. A cette même période, l’école de musique connaît des difficultés après le départ de la présidente Eliane Lapierre en 99.

La municipalité accepte alors de reprendre l’école en régie municipale de 2000 à 2002, laissant l’association la clé de sol en sommeil, le temps de retrouver un bureau capable de prendre le relais.

Cette école de musique, créée en 93 par Cathy Lazzarelli et Bernadette Desposito, comptait (en 2002) 30 élèves, avec piano, batterie et guitare.

 

A la rentrée 2002, Francine accepte de reprendre les rênes, poussée par son professeur Bernard Mourrier, mais la mairie conserve la gestion jusqu’au 5 septembre 2003, date où est votée par délibération la reprise de la gestion financière de l’école par l’association la clé de sol.

L’école n’aura alors de cesse de grandir, jusqu’à atteindre 115 élèves. En 2012, Francine embauche les 4 professeurs en CDI et s’occupe elle-même de la gestion des salaires après plusieurs mois de formation personnelle. Chant accompagné de la guitare, piano, guitare, batterie et (pendant quelques années) violons, saxo et musique assistée par ordinateur (MAO), feront le succès de l’école.

La baisse des subventions ces dernières années oblige l’association à couvrir les coûts par la seule ressource des inscriptions, ce qui fait augmenter les prix, puis les problèmes de santé de deux professeurs vont entraîner une baisse du nombre d’élèves, rendant la gestion de l’ensemble de plus en plus difficile.

 

A l’aube de ses 74 ans et après 15 ans d'investissement, Francine décide de passer le relais à l’Assemblée Générale de septembre 2016. Personne n’étant candidat, elle fait appel sans succès à la municipalité pour une gestion en régie au moins provisoire, puis se tourne vers une association d’un village voisin qui après s’être déclarée intéressée ne donnera pas suite.

« C’est triste de licencier des salariés, dit-elle la mort dans l’âme. C’est la dernière solution que j’envisageais. Une pétition des professeurs avait pourtant recueillie près de 300 signatures. Je poursuivrai mes activités de bénévole, mais je ne veux plus de poste à responsabilité aussi lourd. »

Malgré cette triste fin, professeurs et élèves ont souhaité assurer en hommage à leur présidente la fête de la musique le dimanche 25 juin à 17 heures dans les jardins et au foyer.

Ils font appel à tous les anciens pour se joindre à eux à cette occasion et les invitent à contacter Marc Simon au 06 13 74 01 78 ou marcsimon11@gmail.com

 

Espérons qu'ils seront nombreux à répondre à cet appel, pour que la musique ne s'arrête jamais, même si La Calmette n'aura plus d'école.

école de musique,la clé de sol,la calmette

Francine, une femme d'engagement et d'ouverture aux autres

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.