Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 février 2017

Conseil municipal : bonjour aux pipistrelles, bartavelles et quinsous

Dix points à l’ordre du jour pour ce conseil municipal ordinaire du mardi 7 février.

Le quorum étant atteint, le conseil adopte à l’unanimité les 3 premiers points concernant des conventions de partenariat avec Nîmes métropole pour les vendredis de l’agglo et les "pestacles", de mandat avec les Francas du Gard pour les encaissements et facturation pour le centre de loisir sans hébergement chante-coucou et l’adoption du rapport de la CLETC (transfert de la gestion des eaux fluviales à l’agglo). Patrick Pollino, rapporteur, explique qu’il s’agissait de déterminer un coût de cette gestion, difficile à définir précisément, les montants 2017 retenus seront de 12147 € pour le fonctionnement, et de 24995€ pour l’investissement, pris intégralement par l’agglo.  Cette gestion du fluvial ne concerne que les zones urbanisées ou à urbaniser de la commune (54 hectares à La Calmette) et non les cours d’eau.

A noter qu’une comédie musicale « Paris passion » sera donnée dans la halle le 17 mars prochain.

Une délibération permettant à la commune de prendre à sa charge le nettoyage des fossés et bassins de rétention, le coût étant ensuite rétrocédé par l’agglo sur les 12147€ de fonctionnement, est voté à la majorité (4 abstentions, 1 contre).

Le conseil vote ensuite à l’unanimité un avis défavorable au transfert de compétences pour la gestion de l’urbanisme (PLUI: PLU intercommunal) comme le projette la loi ALUR (accès au logement et urbanisme rénové).

Après l’approbation du compte-rendu d’activité à la collectivité 2015 (Crac) de la ZAC du petit verger, Jack Dentel informe les élus qu’ils disposeront du Crac 2016 le mois prochain, avec l’ensemble des terrains vendus et en cours de vente. La demande d’extension de la ZAC suit son cours.

La désignation des noms des rues du futur lotissement des terrasses du moulin déclenche un long débat où l’on voit s’affronter la volonté de donner des noms d’oiseaux en patois local et des considérations sur la joliesse de ces termes… C’est ainsi que sera finalement éliminée notre agasse locale au profit d’une bartavelle plus lointaine. Les noms retenus seront rue des pipistrelles, des bartavelles et des quinsous (pinsons).

Pauvre agasse, petite pie bavarde de nos régions, qui a été écartée par certains élus, confondant ce bel oiseau avec le verbe agacer de notre langue. Pauvre Margot, pourtant si souvent dans notre littérature, de Poil de carottes à M. des Lourdines (Chateaubriand), écartée au profit de bartavelle, parce que ça sonne mieux, alors qu’il n’y a jamais trop eu de bartavelles (perdrix royale proche de la perdrix rouge) sur notre colline contrairement aux pies nombreuses.

(« Vous tenez bien la teste basse : Je croy que vous jurez sans faulte. − Mais à vous, mocqueresse agasse, Set mal de la tenir sy haulte »)

Suivent deux questions diverses, le maire refusera de répondre à l’une d’elles au motif de la présence de la « presse »…

C’est la deuxième fois que ma présence gêne notre premier magistrat pour informer les élus en public.

conseil municipal, la calmette

Commentaires

Noms d'oiseaux ! Noms d'oiseaux ! c'est vite dit !
Parce qu'une pipistrelle ça vole peut-être mais c'est pas un oiseau !
C'est une ratapenade ☺

Écrit par : Pat | 09 février 2017

Les commentaires sont fermés.