Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 juin 2012

Législatives : les 7 leçons du second tour

Le PS remporte la majorité absolue et ne dépendra pas de ses alliés, mais le FN fait son retour à l'Assemblée.
 
Les résultats du second tour des élections législatives, selon les estimations des instituts de sondage TNS Sofres et CSA. (Mehdi Benyezzar - Le Nouvel Observateur)

Le PS obtient la majorité absolue, avec 314 sièges, obtient pour la première fois depuis 1981 la majorité absolue (fixée à 289 sièges) à l'Assemblée nationale


Ségolène Royal et François Bayrou battus, deux poids lourds de la vie politique « Cet échec va m'entraîner à changer la forme de mon engagement, à prendre le recul qui s'impose quand on n'a pas réussi, au moins momentanément », a déclaré le leader centriste. Ségolène Royal a de son côté dénoncé une "trahison politique, (…) Olivier Falorni, est "un député de droite".législatives 2012

législatives 2012






Le retour du FN à l'Assemblée, Marion Maréchal-Le Pen, nièce de Marine Le Pen, élue dans la 2e circonscription du Vaucluse et l'avocat Gilbert Collard, élu sous l'étiquette "rassemblement Bleu Marine" dans la 2e circonscription du Gard.législatives 2012







Les Verts auront leur groupe parlementaire, avec 17 députés élus.législatives 2012

 



Le grand chelem des ministres, le Premier ministre avait été clair : « tout ministre battu devra quitter le gouvernement »


Femmes : un nouveau record, avec 155 élues. Le taux de femmes au Palais-Bourbon s'élève désormais à 26,86%, contre 18,5% en 2007 (107 femmes avaient été élues).


43,71% d'abstention …

hollande-i-happy.jpg

merci à Grémi

ainsi qu'à Creseveur, Erby, Nagy et Christian

17 juin 2012

Résultats 4ème circonscription

Maxou... Fabrice VERDIER, le "beni-oui-oui" te salue bien !

52.10 %

Comme quoi ça ne sert à rien d'insulter ses adversaires.

http://actu.orange.fr/legislatives2012/resultats.html



A La Calmette les scores étaient de 435 voix pour Roustan et 411 voix pour Verdier; Dans la circonscription , Fabrice Verdier obtient 27274 voix contre 25079 voix à Max Roustan.

15 juin 2012

demain

dans'amor.jpg

Sans titre.jpg

14 juin 2012

Législatives dans la 4e circonscription

MAX ROUSTAN aurait-il peur ?

Des affiches collées partout, même sur celles de son adversaire... bel esprit de respect démocratique !

Des représentants UMP dans tous les bureaux de vote dimanche dernier... et il se dit non inféodé à un parti

Et aujoud'hui dans les boîtes aux lettres un tract insultant : il n'hésite pas à traiter Fabrice Verdier, maire de Fons sur Lussan et vice président de la Région, de béni-oui-oui... rien que ça ! d'apparatchik, de menteur qui aurait utilisé de faux soutiens, de quelqu'un qui méconnait Alès et la circonscription ( c'est vrai que Lussan, c'est ailleurs...);

Triste campagne, monsieur Roustan.

Même si on peut comprendre qu'appartenir aujourd'hui à l'UMP ne soit pas la meilleure carte, vos références aux "valeurs" d'un certain parti faux "frère" ne sont pas du meilleur goût (défendre notre identité, lutter contre l'immigration...lutter contre les méfaits de l'Europe ultra libérale, etc.)

Vous me décevez monsieur Roustan, c'est bien dommage, l'insulte comme argument de campagne, c'est un peu dépassé !

07 juin 2012

Marcus Miller, un musicien hors du commun... so what !


So What !


Brazilian Rhyme

06 juin 2012

Marcus Miller, un musicien hors du commun

JAZZ à LA CALMETTE LE 19 octobre...


Come Together - Live Amsterdam 2007

05 juin 2012

Toujours à propos de Marcus Miller


Power of Soul

04 juin 2012

Mardi : théâtre au foyer

affiche théâtre.jpg

 

N'oubliez pas, c'est demain soir !

A propos de Marcus Miller

Nous aurons l'immense privilège d'avoir Marcus Miller à La Calmette pour le festival de Jazz

Je vous propose de commencer à le connaître si vous n'êtes pas familiarisés avec le JAZZ

C'est vraiment un grand, un très grand... on ne s'en lasse pas. Les places seront chères le 19 octobre !!!!


Live Under The Sky '91

La carte des emplois menacés

Sarkozy avait fait pression pour repousser les restructurations après la présidentielle. Voilà donc la catastrophe sociale annoncée.

Mardi 29 mai, la CGT a remis au Premier ministre Jean-Marc Ayrault sa "liste noire": près de 45.000 emplois et 46 entreprises seraient menacés, selon le syndicat. Intronisé ministre pompier du Redressement productif, Arnaud Montebourg court de site en site. Voici la carte, non exclusive, des points chauds sur l'emploi.

carte des emplois menacés.jpg

CHANTIERS NAVALS STX

Tout Saint-Nazaire est mobilisé autour des chantiers, qui emploient directement 2.100 salariés et 2.000 en sous-traitance. Les syndicats demandent l'intervention des pouvoirs publics, estimant que la situation n'a jamais été aussi tendue depuis des décennies. La perte d'une commande de deux navires de croisière laisse augurer une rentrée de septembre très difficile.

TECHNICOLOR

"Ce sera l'un des dossiers prioritaires" du nouveau gouvernement, avait annoncé Arnaud Montebourg avant la présidentielle. Nous y voilà : le 25 mai, le groupe a demandé l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire pour son usine d'Angers (330 salariés), ex-site phare de Thomson, spécialisée dans les décodeurs numériques. Les syndicats, qui devaient rencontrer mardi 29 mai Fleur Pellerin, espèrent obtenir un moratoire. Le temps de reconvertir ce site, dont ils ont par ailleurs appris par voie de presse la mise en vente.

ARCELORMITTAL

Un comité central d'entreprise aura lieu le 1er juin. Mais le groupe anglo-indien devrait confirmer la poursuite de l'arrêt de ses deux hauts-fourneaux de Florange jusqu'à... meilleure conjoncture. Depuis 8 mois, les syndicats maintiennent la pression pour éviter que Mittal ne laisse tomber Florange et ses salariés. Nicolas Sarkozy s'était cassé les dents sur le groupe multinational. Les syndicats espèrent du nouveau gouvernement qu'il fasse pression sur Bruxelles pour obtenir le lancement du projet Ulcos (réduction des émissions de CO2) qui pérenniserait l'activité de Florange.

SNCM

Veolia veut restructurer la compagnie, qui assure la liaison entre la Corse et l'Hexagone. De 800 à 1.000 salariés pourraient être concernés. Un beau bras de fer à Marseille entre la direction et la puissante CGT des marins. Sous son impulsion, la SNCM vient d'ailleurs de connaître 7 jours de grève pour protester contre la concurrence déloyale de Corsica Ferries, qui s'exonère du droit social français en battant pavillon italien.

GOODYEAR

In extremis, la CGT du site d'Amiens vient peut-être de déminer ce qui s'annonçait comme un dossier explosif en obtenant de la direction qu'elle renonce à fermer son activité "pneu de tourisme", le temps que les 800 salariés aient "tous" retrouvé un emploi, soit dans l'activité "pneu agricole", soit ailleurs. "Ce serait alors une énorme victoire", dit Mickaël Wamen, déterminé à la valoriser pour se faire élire sous la bannière communiste aux législatives.

emplois menacés RP.jpg

AIR FRANCE

Les salariés ne connaîtront pas l'ampleur du plan de restructuration qui les attend avant la deuxième quinzaine de juin. Mais, selon "le Figaro", 5.000 postes pourraient être supprimés, la moitié par non-remplacement des départs en retraite, le solde par départs volontaires. Pour l'instant, le patron de la compagnie, Alexandre de Juniac, se contente d'agiter la menace. Si les syndicats acceptent une augmentation de la productivité de 20% d'ici à trois ans (2 milliards d'économies par réduction des salaires et des congés), l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy s'est engagé à "limiter l'impact sur l'emploi". Cependant, il reconnaît que cette réduction de voilure entraînera des "sureffectifs". Pour juguler le déficit endémique de son réseau européen (700 millions de pertes d'exploitation l'an dernier), Juniac prévoit, en effet, le transfert d'une grande partie de sa clientèle "loisirs" sur sa filiale à bas coûts Transavia. La flotte de cette dernière va ainsi passer de 8 avions à 20, voire 22... alors que 34 appareils vont sortir de l'activité moyen-courrier d'Air France.

AREVA

Depuis que Luc Oursel a présenté son "Plan d'action stratégique" en décembre, il n'a jamais voulu confirmer l'ampleur des suppressions de postes. Seule certitude 1.200 à 1.500 emplois devraient être touchés en Allemagne. Cependant, selon un rapport confidentiel du cabinet Secafi Alpha de mars 2012, que "le Nouvel Observateur" s'est procuré, le patron d'Areva ne peut parvenir à économiser 1 milliard d'euros d'ici à 2016 - son objectif affiché - sans réduction d'effectifs en France. Pour les syndicats, les ingénieurs et les employés du siège pourraient être les premiers visés.

PEUGEOT PSA

Avec la fermeture du site d'Aulnay, ce serait la disparition d'une des dernières grosses usines de la région parisienne... et aussi celle d'un symbole presque aussi fort que Billancourt pour Renault. Pour l'heure, la direction du groupe PSA n'a pas confirmé les craintes des syndicats, mais elle n'a pas non plus voulu s'engager sur le maintien de l'usine au-delà de 2014, soit à la fin de la production de l'actuelle C3 de Citroën. Les syndicats attendent de François Hollande qu'il les rencontre, comme il s'y était engagé le 2 mai dernier.

PRESSTALIS

La coopérative qui distribue la plupart des quotidiens et magazines est en quasi-dépôt de bilan : elle a perdu 15 millions l'an dernier, et cela pourrait être pire en 2012. Un plan de redressement radical concernerait 1.000 salariés sur 2.500. Le problème est aigu pour le gouvernement, qui devrait payer l'essentiel de la restructuration (120 millions d'euros). Le principal syndicat de Presstalis (Livre-CGT) n'ayant jamais eu peur de lancer des grèves dures, et de bloquer la distribution des journaux.

PREVENT GLASS

Abandonné "du jour au lendemain", selon la CGT, par son principal client Volkswagen, cet équipementier automobile de Bagneux-sur-Loing a été placé en liquidation judiciaire. Nouvel exemple des relations terribles entre donneurs d'ordre et sous-traitants. 219 salariés sur le carreau espèrent beaucoup d'Arnaud Montebourg, avec lequel ils sont en contact depuis deux mois.

Sources : Nouvel Observateur - Caroline Michel et Nicole Pénicaut