Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 octobre 2007

Nîmes et sa spécialité

Connaissez-vous la spécialité de Nîmes ?

Spécialité culinaire bien sûr, à part le caladon (biscuit aux amandes dur et savoureux), c'est la brandade de morue bien sûr !

Délicieuse spécialité de la ville qui se déguste seule ou avec de la purée, en "chausson" ou tartine, etc. essayez donc en gratin avec des cougettes coupées en carré et de gruyère ( ail, ...) - ce gratiné là ! si vous m'en reparlez pas ! je suis certain que les gourmands me béniront de leus avoir soufflé la recette !

Mais voilà ! comment expliquez-vous que Nîmes, ville de la méditerrannée (40 kms) ait fait sa spécialité d'un poisson qu'on ne trouve que dans les eaux froides de l'Arctique ?

A vos cervelles !  qui va trouver ?

Commentaires

C'est dans tous les livres qui traitent de la morue en Provence et Languedoc (échanges sel-morue notamment, voir aussi l'histoire du stockfisch niçois...). Hélas ce pauvre cabillaud est en voie de dispartion...

PS: pas de "s" aux unités écrites en abrégé: 40 km. Dans certaines corrections de dictée la faute vaut 1 point !

Écrit par : Alpha-Centauri | 08 octobre 2007

peut etre une communauté portugaise qui est venue d'implanter à Nimes et qui a amené une de ses spécialités
mais en tout cas, j'adore la brandade de morue
bises

Écrit par : oursonne libre | 08 octobre 2007

Un copié-collé aujourd'hui, car ma fatigue met du temps à s'estomper, pourtant je dors comme un bébé...
gros bisouuuuu et bone journée à tous et à toutes

Écrit par : miriel | 08 octobre 2007

les réponses données ne sont que calembredaines car voici la bonne explication : un soir un vieux nîmois sentit sa fin prochaine mais ne voulait pas mourir , il prépara un traquenard pour accueillir la mort en installant au dessus de sa porte le harnais de son cheval. Quand la mort lui rendit visite et qu'elle poussa la porte le harnais lui tomba dessus et le vieux nîmois se mit alors à crier l"a mort hue" en la cravachant de son grand fouet! et la mort empétrée dans le harnais se mit à cavaler jusqu'à ce qu'elle crie grâce et lui promette lavie sauve pour être libérée. c'est ainsi que la mort hue est devenue une spécialité nïmoise !

Écrit par : ulysse | 08 octobre 2007

La brandade de Nîmes
plat typiquement nîmois, la brandade de morue est signalée dès 1786. Ce mets a acquis son titre de noblesse en 1830, grâce au célèbre cuisinier Durand. La brandade de Nîmes est faite de morue dessalée que l'on monte avec de l'huile d'olive et un peu de lait. Servie de préférence chaude, la brandade se mange également en feuilleté.

Charles Durand est né en 1766 à Alès (Gard) et décédé en 1854 à Nîmes.
C'est un cuisinier et gastronome célèbre.
Il vécut principalement à Nîmes, jusqu'au début du XIXe siècle.
A 13 ans, il commença auprès de l'Evêque d'Alès, une carrière de cuisinier qui devait lui valoir la notoriété.
A 20 ans, il partit exercer son art dans diverses régions, puis revint à Alès où il ouvrit un restaurant à son nom, pour s'établir enfin à Nîmes.
En 1830, il fit paraître Le cuisinier Durand, ouvrage qui constitue un des premiers livres de cuisine, plusieurs fois réédité et constamment plagié. Il y développe également le concept de "cuisine régionale".
Charles Durand est surnommé "Le Carême de la cuisine provençale"
Il s'est fait l'apôtre de la cuisine provençale et des cuisines du terroir méconnues en dehors du cru. Il fit connaître à Paris une spécialité nîmoise : la Brandade de morue.
Histoire du plat [
Jusqu'à l'invention des réfrigérateurs, la seule façon de conserver la morue était de la saler puis de la sécher. Les pêcheurs de la Mer du Nord, où la morue se trouve en abondance, venaient régulièrement s'approvisionner en sel dans les salines provençales et y échangeaient ce produit contre de la morue, qui n'est pas pêchée sur les côtes de la Provence.
Un cuisinier de l'Archevêque d'Alès, Monsieur Durand, né à Alès en 1766, eut l'idée de la recette de la brandade de morue en mariant la morue salée aux ingrédients régulièrement utilisés dans la cuisine méditerranéenne. Durant la préparation, les morceaux de morue devaient être remués avec une cuillère en bois, brandar en provencal, ce qui a donné son nom au plat.

Écrit par : Jean Jacques | 08 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.