Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 janvier 2007

"I'a un tém qué trémpa...

medium_les_Montbrun_Gisele_Chantal_Regine_Patrice_Raymond.JPG


é un aoutré qué destrémpa"

Nos anciens avaient raison : ainsi va l'histoire...
Espérons que ça se vérifiera encore et qu'aprés 12 ans de droite "qué trémpa maï qu'aco! suivra un temps de renouveau avec Segolène ...
Pas vrai ?


Au fait, reconnaissez-vous les petits lascars assis sur les marches du chateau (à cette époque aussi l'école...)

je vous aide : il y a Gisèle, Chantal, Regine, Patrice et Raymond!

les élections a La Calmette...en 1790

.../ les élections arrivent enfin ! Aprés la désignation des nouvelles municipalités qui eut lieu au début de l'année, c'est le 4 mai que les assemblées primaires sont convoquées;
elles vont élire les grands électeurs qui seront eux-mêmes chargés de procéder, à Nîmes, aux élections départementales et à Alès et Uzès, aux élections des administrateurs de districts;
elles se dérouleront d'ailleurs sans incident grave.

... L'assemblée départementale comprend deux élus par district. Parmi eux (...) Honoré Balthazar homme de lettres à La Calmette...

C'est quelques jours aprés ces élections qu'éclate, du 12 au 16 juin, la "Bagarre de Nîmes". Au cours de ces journées tragiques, le sang coule et les pillages sont monnaie courante.


(...) Puis novembre arrive avec ses pluies habituelles, trés abondantes cette années-là; l'inondation est générale ... le Gardon déterre les cadavres dans les cimetières proches de son lit.

30 janvier 2007

juste pour vous dire...

Aujourd'hui, l'assoc "Sports Loisirs Calmettois" a fait son enième ballade, une rando pres de Vezenobres trés sympa!
Vous devriez venir plus nombreux, on n'était que 8 et trois chiens !
Enfin on est revenus fourbus, mais heureux.


A la prochaine rando, samedi!

29 janvier 2007

petite interlude politique...

medium_Sego3.jpgEn ce moment fleurissent dans les boites aux lettres des bulletins du "pays st chaptois" avec à l'interieur un petit quiz bien instructif sur l'évolution des droits des femmes dans notre société...que de retard à rattraper!

Faites le vous serez surpris(es)...
A ce propos, j'ai envie de vous citer un commentaire reçu sur le blog du pays st chaptois :

"Reprend la main Ségolène !

Ne laisse pas le champs libre à Sarkozy.
Parle de l'avancée des débats participatifs, montre que ce n'est pas pour gagner du temps ou masquer une absence de fond comme la droite cherche à le faire croire.

Reprend la main Ségolène !
Re imprime ton rythme à cette campagne, nous sommes derrière toi !
Venez nombreux au débat de notre canton ce jeudi 1 février sur toutes les violences et les insécurités.

DEBAT PARTICIPATIF le 1/02/07 à FOISSAC 18 h 30

Venez !"

23 janvier 2007

la "cathédrale" de La Gardonnenque

medium_P1141898.JPG

Qu'elle est belle et sobre cette grande église.
Le grand tableau central, ainsi que le vitrail de la facade représentent saint Julien, patron du village. Le grand tableau montre le martyr de ce saint dont je vous parlerai plus tard de l'étrange destinée.
Les vitraux des baies de l'abside, représentent St Camille et St Henri.

medium_P1141901.JPG



L'ancienne église romane, coeur vivant de La Calmette depuis des siècles, était déjà sous la protection de St Julien. Le vitrail en facade et le tableau de l'abside montrent St Julien en centurion romain, sous les traits de Julien de Brioude, légionaire décapité sous Dioclétien.
Pourtant il semblerait bien que St Julien l'Hospitalier soit véritablement celui à l'origine de la première église du village.
"Son extraordinaire légende, reprise par Flaubert dans ses 3 contes nous le montre, pêcheur repenti, devenu passeur bénévole (sur les bords du Gardon?) cherchant inlassablement le pardon de ses crimes, qui lui sera donné par son dernier passant, le Christ lui-même, sous l'apparence d'un lépreux."

medium_P1141895a.jpg
Cette photo est prise de l'actuel parking, aménagé sur l'emplacement même de l'ancienne église romane et du cimetière l'entourant.
Songez à l'ironie de l'histoire, qui fait danser les calmettois à chaque fête votive, sur le lieu même où sont ensevelis et où venaient prier nos ancêtres.

20 janvier 2007

quelques infos générales

Commune La Calmette
L’origine de son nom est imprécise, le village, habité depuis fort longtemps portait le nom de « calm », petite colline en celte ou issu du mot « calmis » en latin. Marie-Laure Barbe, dans son très intéressant petit historique du village évoque la réunion de deux mots latins collis et meta (limite ou borne de la colline).
J’aime aussi à imaginer que ce nom peut avoir une origine gréco-romaine, du grec « kalamé », roseau, paille si l’on songe que La Calmette fut à l’origine un village de pêcheurs prés du grand lac vidé par les Romains pour gagner des terres cultivables…mais là encore les avis divergent puisqu’on parle même de « légende »en évoquant ce grand lac !

Généralités historiques

· Le village était en fait trois villages : Massillan (dont demeure une seule bâtisse au mas de l’habitarelle, sur la route d’Alès au nord, et Estelzin (face à l’esqualette) plus au sud. Sur ce site existait un important monastère de Bénédictines.
· Possession au 11ème de Bernard Aton, vicomte de Nîmes, puis du roi de France qui, en 1211, la donne aux seigneurs d'Uzès.
.
Vestiges préhistoriques et antiques
· Grottes préhistoriques.
· Traces de voie romaine (voie Régordane).
· Restes de villas gallo-romaines.
Architecture civile
· Bourg de plan circulaire (circulade), en forme de coquille d'escargot dans la partie appelée aujourd’hui « le fort ».
. Interessante construction d'un relai de chasse pour le marquis De Valfons par une entreprise de maçonnerie calmettoise (aujourd'hui la mairie) que les habitants appellent toujours le "chateau".
Architecture sacrée
· Eglise recensée au 11ème, reconstruite en 1860 par la population, qui l’appelle alors avec fierté « la cathédrale de La Calmette ».
· Grande croix en fer forgé de 1794 (réfection en 1816).
· Chapelle : restes d'un mur de clôture, d'une petite abside romane dépendant autrefois d'un couvent de femmes.
· Temple protestant construit en 1846 sous une forme architecturale « octogonale » fort rare .
Sites
· Plaine du Gardon.
· Rives de l'Esquielle et du Braune.
· Garrigue nîmoise.
Ressources et productions
· Vigne, vergers, asperges.
· Ovins.
Vie locale
Village fleuri. Fête communale : 21/8. Nombreuses associations, 2 manades.

18 janvier 2007

les vendanges de mon enfance

medium_Creat0002.jpg

aux vendanges (1)

Aro cavèn tout acaba fuman la pipo!

J'aimais beaucoup partir au champs avec mon grand-père.

C'était dur le matin de se lever et j'avalais en vitesse, à moitié endormi, un grand bol de lait au chocolat, puis descendais retrouver le papé en train d'attacher Boby dans les bras de la charette.
C'était tout un scénario bien rodé, qui me fascinait toujours autant... faire reculer le cheval "dia, dia", puis relever les bras, passer la sangle par dessous son ventre en prenant bien soin de ne pas se faire marcher sur les pieds.
Ca me reveillait tout à fait, et j'étais si fier d'aider mon grand-père dans cette tache si impressionnante!

Aprés, souvent, je récupérais un peu de sommeil tout en étant balancé par le "roulis" de la charette, entendant à travers les brumes les ordres donnés pour la marche : hue, Boby, hue! Les grandes roues grinçaient régulièrement à mesure que nous avancions. "Adios Germain, t'én vass au champs?, aquel énfan vaï travaï per teus?"!"

A l'arrivée, on sautait de la charette et préparions le travail de la terre. Ca sentait bon, et je me sentais bien malgré le froid un peu piquant du petit jour. Mais le meilleur moment, c'était à l'heure du petit déjeuner.
Ma grand-mère avait préparé les saucisses, le pain et le vin, parfois une omelette quelques fruits c'était toujours un délice de s'assoir sur la grosse pierre et de manger de bon coeur.


suite demain ou aprés demain...

17 janvier 2007

si on parlait de la magnifique carrière...

qui pour une poignée de "poimedium_P4180538carriere_la_calmette.JPGchiches" défigure à jamais nos collines et détruit la seule source inépuisable de notre pays,

les foins à La Calmette

les_foins.BMP

16 janvier 2007

la misère en 1321

Il y avait 100 "feux"à La Calmette en 1321.
En 1384, 60 ans aprés, il y avait une telle misère dans nos campagnes que La Calmette était passé à 9 "feux".
Le "feu" imposable s'entend par famille ayant un minimum de dix livres tournois de revenus en fond de terre.

Je vous citerai par ci par là des indications interressantes sur l'histoire de notre village (ici tiré de "en remontant la Gardonnenque" d'André Bernardy.

Combien de feux aujourd'hui...si c'était les familles imposables...

Il s'appelait ...

On était au plein coeur de cette sale guerre
Dans le village, chacun guéttait l'arrivée du gendarme qui annoncerait à la malheureuse famille, à la femme, à la mère que son fils était mort "en héros", dans cet immonde bourbier!
Il était jeune, il aimait sa femme
elle venait d'avoir deux splendides jumeaux.
Quand les gendarmes sont arrivés, elle a compris ! ainsi le premier mort pour la France du village c'était son homme.
Trop
trop pour elle et ses deux petits
les vieilles ont dit que "son lait avait tourné", les deux petits sont morts empoisonnés par le lait maternel les jours suivants
elle est morte quelques jours aprés de désespoir, oui, on meurt de désespoir comme au théâtre dans notre petit village épuisé par cette sale guerre qui fera tant d'autres morts
Il s'appelait ...
il était caporal
vous verrai son nom sur la plaque dans l'église ou sur le monument aux morts

Cette sale guerre venait d'éliminer une famille entière en quelques jours
C'était en 1915
J'étais pas né mais c'était ma famille...des petits cousins que je ne connaîtrais jamais.
Vous verrez leur tombe dans le coin nord-est du vieux cimetière, parfois un bouquet de fleurs s'y perd encore

Quatre d'un coup aurait dit le conteur!
Il s'appelait...mais son nom a-t-il encore un sens dans cette triste histoire vraie.
Se serait sûrement bien passé alors d'être le premier!
le premier mort pour la France de La Calmette!

bienvenu sur le blog de La Calmette

Je suis né dans un petit village du Gard qu'on appelle La Calmette.
A l'époque c'était un village trés agricole avec de trés nombreux paysans, et encore quelques troupeaux de moutons. Dans les rues qui sentaient bon la campagne, on croisait des chevaux à tout moment.
Le matin ils partaient aux champs ou dans les vignes...à midi ils rentraient à l'écurie pour attendre la fin du repas et de la sieste du maître, puis souvent repartaient l'aprés-midi jusqu'au soir.
On croisait alors les hommes et les femmes aux périodes de grands travaux, assis sur la charette, et ça disait partout bonjour, on entendait parler patois de tous côtés. Ca sentait bon la vie! Croyez-vous que je sois centenaire? bien sûr que non...c'était à peine hier!

J'essaierai tout au long de ces pages de vous parler de mon village..Ca partira peut-être dans tous les sens, mais c'est le propre d'un blog non? et je crois que quand même petit à petit, par petites touches et petites anecdotes, surtout si vous venez m'en raconter aussi, on arrivera à dessiner le visage de ce village qui perd un peu de son âme en ce moment!

Voilà aujourd'hui j'en resterai là, vaï pas vous sâouler pardi, mais je vous inviterai à partager photos, anecdotes anciennes et récentes, coups de coeur et coups de gueule!



Je vous raconterai la première télévision dans le village et le papé parti furieux du café parce que la speakreane faisait que "de le regarder"...faï qué mé regarda aquelle droulesse!!! et le premier car pour Nîmes, quand les hommes devaient descendre, et même souvent pousser un peu, pour qu'il franchisse la montée de Barutel...je vous raconterai quand on allait voler les poix chiches chez l'épicière pour la voir sortir en criant, et les cochons qu'on tuait encore dans les maisons, et les vignes où on allait...caguer derrière les souches et et... le gardon où l'on pouvait se baigner l'été jusqu'au terrible drame qui frappa un jeune : "poliomyélite", mot nouveau pour nous mais affreusement réel,